Après la crise du coronavirus, le défi climatique pour Emmanuel Macron

Le Parisien-Aujourd’hui en France estime que concilier écologie et environnement sera l’un des défis majeurs du pays. Alors, les ministres sont priés de montrer patte verte, poursuit le quotidien dans la préparation du plan de relance. Montrer patte verte, ça veut dire conjuguer objectifs de croissance et contrainte écologique. Et il ne s’agit pas seulement d’envoyer un signe aux écologistes et aux futurs frondeurs, la pandémie a révélé l’ampleur du défi climatique.

 

Coronavirus : Les émissions mondiales de CO2 pourraient baisser de 8% en 2020, en raison du confinement

Selon l’agence internationale de l’énergie, la pandémie et ses conséquences sur l’activité économique vont faire baisser de 8 % environ les émissions mondiales de C02 en 2020. Une baisse de 8 % c’est à peu près, poursuit Hortense Goulard dans les Echos, la baisse qu’il faudrait atteindre chaque année pour éviter les effets les plus catastrophiques du changement climatique. Que nous disent chez chiffre en claire ?

 

A lire aussi

 

C’est que l’effort à faire mondialement pour respecter nos engagement climatique équivaut à deux mois de confinement, d’arrêt de l’activité par an d’ici 2050 pour être dans la bonne trajectoire. Alors évidemment, les penseurs de l’écologie essaient aujourd’hui de faire œuvre de pédagogie. « Le changement climatique est comparable au virus, ce changement est lui aussi une menace pour l’humanité, ses effets se font déjà sentir. Pour protéger les populations mondiales, seules des mesures drastiques seront à la hauteur du défi ». Et toujours dans les Echos, vous lirez comment la commission esquisse en ce moment le portrait-robot de son plan de relance.

 

« On me reproche de travailler avec les entreprises », affirme Yannick Jadot dans Libération

L’institut Jacques Delors propose de consacrer au moins 800 milliards d’euros à des plans de relance écologiques. 800 milliards qui pourraient aller dans les 5 prochaines années à la relance verte : la rénovation thermique des bâtiments, la mobilité routière électrique, l’innovation dans les technologie propres, l’économie circulaire, le tourisme vert. Et pour le commissaire européen à l’économie, le green deal est plus que jamais sur la table. Et si vous lisez La Croix vous verrez qu’avec la nécessité d’une reprise rapide de la production et de la consommation il y a assez peu de place à l’écologie dans un univers qui pense à court terme.

 

A lire aussi

 

Concilier écologie et économie, la question se pose à l’envers pour Yannick Jadot interviewé ce matin dans Libération. Libération qui demande au leader d’Europe Ecologie les verts pourquoi il a tant de mal à déconfiner son parti pour réunir les forces de gauche. Libération lui demande « Pourquoi votre nom crispe-t-il à gauche ? » et Yannick Jadot a cette réponse « On me reproche de vouloir travailler avec les entreprises. Il faudrait faire l’impasse sur ces lieux qui sont une grande partie de la vie des Français, de la création de richesses, ou les enjeux de conditions de vie et de travail, de respect de l’environnement sont centraux ? » Pas mal Yannick Jadot. Il est l’écolo qui fait un pas vers l’entreprise dans un environnement de gauchistes, reste aux entreprises à faire un pas de plus en direction de l’écologie dans un monde courtermiste. Interview à lire dans Libération.

 

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique