À la Une : réforme des retraites, grève des notes du bac, changement climatique, le numérique et les émissions de CO2

Les journaux inaugurent leurs cahiers estivaux

Plusieurs journaux passent en mode été, comme La Provence qui inaugure son cahier estival : 7 pages spéciales « parce que chez nous les étés sont plus vibrants », annonce le journal…
Pas loin Le Midi libre n’est pas en reste…
La manchette très internationale clame sur une photo de plage : Bienvenue, welcome, bienvenidos, willkommen, benvenuti…
« Votre été chez nous », avec un premier article qui attire l’œil… « Scandaleuses baigneuses »…

Au pluriel !

Mais on est vite rassurés : il ne s’agit pas d’une extension des provocations en burkini de militantes de l’islam politique, mais d’un détour par le musée Fabre de Montpellier…
Avec en vedette le tableau Les Baigneuses de Gustave Courbet qui, lit-on, traîne une réputation sulfureuse…
Une œuvre grand format, terriblement charnelle, qui n’était pas passée inaperçue au Salon de Paris de 1853. Napoléon III et l’impératrice Eugénie auraient qualifié la baigneuse de « percheronne » par analogie aux croupes généreuses des percherons d’un tableau voisin…

Jean-Paul Delevoye présentera le plan de réforme des retraites le 18 juillet

D’autres suppléments « été » ?

Dans Nice et Var Matin bien sûr… journal dans lequel on croise Gérard Larcher, mais attention, alors qu’il passe aujourd’hui par les Alpes-Maritimes pour sauver la droite, le président du Sénat corrige d’emblée le journaliste :
-Ce n’est pas une tournée, je ne suis pas chanteur… (rires)
Autre précision qui nous ramène au spectacle vivant : Les Echos titrent « La réforme des retraites dans la dernière ligne droite », précisent que Jean-Paul Delevoye présentera son plan pour une réforme « systémique » le 18 juillet…
« La chorégraphie du 18 juillet paraît déjà bien arrêtée », lit-on…

La chorégraphie… Danse et pas de danse de Jean-Paul Delevoye ( !)

On verra son agilité ce jour-là sur la grande scène sociale, mais pour la mise en scène il devrait recevoir ce jour-là tous les partenaires sociaux lors d’une grande réunion afin de leur présenter ses conclusions.

L’été n’empêche pas les clivages de s’exprimer…

Clivage sur la grève des notes du bac

Quand L’Humanité voit un scandale, c’est à Jean-Michel Blanquer « l’intransigeant » qu’elle s’en prend, alors que La Croix cible les enseignants « jusqu’au-boutistes » avec une virulence rare dans le journal catholique : « une prise en otage scandaleuse, écrit La Croix. Quel visage de l’autorité renvoient les saboteurs à la jeunesse dont ils ont la charge ? On attend désormais la réaction de ces professeurs lorsqu’une minorité d’élèves chahuteurs saborderont leurs cours. Une minorité qui se sera arrogé le droit de nuire à tous… »

Clivage aussi sur la réponse à apporter au changement climatique

Les arbres peuvent sauver la planète, annonce (c’est sa Une) Ouest-France qui présente les forêts comme un formidable outil pour réduire le réchauffement climatique.
C’est vrai, et le journal de saluer les initiatives lancées à travers le monde pour replanter des arbres, en Mayenne et au Sénégal…
C’est un axe de campagne d’Anne Hidalgo à Paris, elle veut créer des « forêts urbaines »…
Sauf que Les Echos douchent cet élan dans un article scientifique expliquant que la formation de l’ozone, en première ligne dans la dégradation que l’air que nous respirons, est favorisée par… la végétation urbaine !

Ah, mince !

Les villes végétalisée comme Berlin n’émettent pas moins de CO2 selon des scientifiques allemands

Des scientifiques allemands ont notamment étudié la situation à Berlin, l’une des métropoles les plus vertes d’Europe avec son tiers d’espace végétalisé.
Les particules (composées organiques volatils) émises par la végétation urbaine augmentent avec la chaleur, et détériorent l’air au même titre que le trafic routier et la pollution industrielles…
Alors, des arbres, peut-être, mais des espèces qui relarguent moins d’aérosols…
Gare aux solutions qu’on croit facile, comme c’est le cas avec l’avion… Manchette de Sud-Ouest : face à l’urgence climatique, faut-il arrêter l’avion ?

Bordeaux à 1h en avion, 2h en train : Faut-il arrêter la ligne?

Bordeaux, la ville du journal Sud-Ouest, est (il faut le dire) à 2 heures de Paris en TGV…
Une heure en avion.
Il faut arrêter la ligne, estime le député La France insoumise Loïc Prudhomme.
Non, répond le maire PS de Mérignac Alain Anziani pour qui « cela couperait notre aéroport des longs courriers »

Le numérique et les émissions de CO2

Argument développé par Nicolas Bouzou dans Le Figaro qui rappelle que le numérique émet aujourd’hui au niveau mondial plus de CO2 que l’aérien. Les e-mails, les moteurs de recherche, les réseaux sociaux, le streaming et la blockchain sont d’immenses consommateurs d’électricité, parfois produite avec du charbon. Et on ne voit pas clairement quelles économies les Gafa comptent réaliser ces prochaines années.
Les députés qui veulent interdire les vols domestiques devraient donc déjà, par souci de cohérence et de crédibilité, éviter de multiplier les vidéos et les tweets.

Michel Grossiord

Plus de Revue de Presse de Michel Grossiord