À la Une : nominations difficiles pour l’Union Européenne à Bruxelles, Paris et le surtourisme, arrivée d’Adrien Rabiot à la Juventus de Milan

Chaque matin, Michel Grossiord décrypte l’actualité et vous partage sa Revue de Presse

La revue de presse… La photo d’un homme couché au sol, entre deux rangées de fauteuils, attire l’œil

Page 8 de Libération. L’homme est recroquevillé, allongé sur le côté, seul sous les néons dans une salle de conférence (on voit bien que ce ne sont pas des fauteuils de cinéma)
La légende nous éclaire : « Un journaliste attend la fin du sommet de Bruxelles, hier matin… »
Attente vaine des attributions des postes clés de l’Union européenne à l’issue d’une « foire aux nominations », comme dit La Croix.
Notre confrère a pu au moins dormir, très inconfortablement, alors que les Chefs d’Etat et de gouvernement ont dû lutter contre le sommeil…

Leur « dîner de travail » a pris une incroyable tournure

Quatre heures d’interruption entre chaque plat, et dessert reporté… alors que les ennuis avaient débuté dès l’apéritif, racontent Les Echos dans son article « Filets de sole et luttes de pouvoir ». Les agapes reprendront à 8 heures du matin, mais autour d’un petit déjeuner…
L’Europe patauge dans le mercato, constate Le Parisien, quand L’Union juge horripilantes l’image tragique d’impuissance renvoyée par Bruxelles, et ces négociations de maquignons…
Ces contorsions stériles doivent bien faire rire Moscou, Washington et Pékin, déplore Le Journal de la Haute Marne

On verra si un casting est enfin trouvé aujourd’hui

Pour l’instant, ce casting est introuvable, titrent Les Echos qui voient l’intérêt général européen en souffrance, avec un duo franco-allemand qui ne fait plus la pluie et le beau temps.
Le Figaro constate que l’Europe se déchire alors qu’il est plus impératif que jamais de pouvoir parler d’une seule voix face aux défis du nouveau monde…
J’ajoute que la Commission européenne est toujours étrillée (Les DNA, Le Républicain lorrain) pour l’accord de libre échange signé avec les pays d’Amérique latine… Un accord que personne ne défend, dénoncé par les écologistes et les éleveurs, « bombe climatique et scandale sanitaire, un clou de plus dans le cercueil », vont jusqu’à écrire Les Dernières nouvelles d’Alsace

Au rayon des nouveaux concepts qui ont fait leur apparition, il y a le « surtourisme »

L’envahissement de certains sites ou villes (Venise, Barcelone…) par les touristes…
Un colloque sur ce thème a été organisé par Paris… qui accueille 50 millions de visiteurs par an…
C’est évidemment un atout économique, mais ce ne sont plus les flux de touristes qui sont en cause dans la capitale, mais leur gestion par la ville, selon Le Parisien
Manchette : Le parcours du combattant des touristes à Paris (propreté, sécurité avec des pickpockets partout, transport… Les guides tirent la sonnette d’alarme sur la qualité de l’accueil)
Editorial : Les ombres de la Ville Lumière… sur la dégradation des conditions de vie que constatent aussi les habitants.
Le Parisien interroge le premier adjoint d’Anne Hidalgo qui aborde de lui-même un sujet sensible : l’accès aux toilettes.
Emmanuel Grégoire argumente ainsi : « L’accès aux toilettes n’est pas un droit absolu du tourisme de masse… On fait ce qu’on peut en développant des toilettes publiques gratuites… »
L’accès aux toilettes, pas un droit absolu ? Même en groupe, les touristes restent des individus saisis des mêmes besoins…

Paris ne s’est pas encore vidé de ses habitants, mais les départs en vacances sont imminents (ça fera de la place !)

Si vous n’êtes pas encore partis en vacances, peut être l’être vous déjà un peu dans votre tête… « Dur dur de rester motivé au boulot ».
C’est encore Le Parisien qui nous raconte ça : au travail, les Français lèvent le pied avant leurs vacances. Selon une étude, un sur deux travaille beaucoup moins à l’approche des congés (les hommes plus que les femmes)…
Après le grand départ, il y a la décélération…

Paris perd un de ses joueurs de foot : Adrien Rabiot qui une fois encore a pu compter sur maman

Maman qui sait compter, c’est elle qui a organisé le transfert de son fils à la Juventus Turin… concluant ainsi une brouille irrémédiable avec le Paris Saint Germain…
Concluant aussi un bon deal : le milieu de terrain touchera 7 millions d’euros net par saison et la prime à la signature dépasse les 10 millions… Une très confortable rémunération rendue possible par l’absence d’indemnité de transfert payée par la Juve…
Mama Mia ! titre L’Equipe sur une photo du joueur et de sa mère et agent enfourchant gaiement un scooter (un montage)…
Le fils en a énervé plus d’un (Didier Deschamps notamment), mais sa mère sans doute aussi : c’est elle qui avait téléphoné au président de la Fédération française de foot Noël Le Graët, qui avait dû expliquer qu’il attendait un appel de son fils pour envisager son retour chez les Bleus…

Enfin, les adieux du plus vieux des groupes français : Tri Yann

Annonce à la Une de Ouest-France, où l’on ne voit pas qu’Emmanuel Macron et Angela Merkel…
Le trio devenu une véritable légende en Bretagne tire sa révérence avec une ultime tournée (Kenavo) qui va les conduire sur les routes de leur région, jusqu’à Nantes pour une date finale en mars 2020…
« Après 50 ans de carrière, la fin des Tri Yann »…
Eux-mêmes le disent : « 50 ans de carrière, il n’y a que les Rolling Stones qui en ont fait autant »…

Michel Grossiord

Plus de Revue de Presse de Michel Grossiord