À la Une : Cédric O et le Conseil de l’ordre des journalistes, Anne Hidalgo et la canicule, climat et énergie

Chaque matin, Michel Grossiord décrypte l’actualité et vous partage sa Revue de Presse

‌La revue de presse… Non, plutôt « la boîte à baffes » ce matin !

Des personnalités politiques critiquées

Une boîte à baffes… Ou un ball-trap… C’est ainsi que L’Opinion voit le livre-récit de Nicolas Sarkozy qui dit noir sur blanc tout le bien et le mal qu’il pense des uns et des autres.
C’est surtout tout le mal qui retient l’attention.
Noir sur blanc dans la presse du jour, mais sous la plume de journalistes ou de chroniqueurs, tout le mal qu’inspirent quelques figures de la politique.

Cédric O : contrôle des médias et liberté d’expression sous surveillance

C’est parti : par qui commencer ?
Le Figaro ouvre la boite à baffes pour Cédric O. Le secrétaire d’Etat au Numérique a soulevé un tollé avec son projet de « Conseil de l’ordre des journalistes ».
« Si les journalistes ne le font pas, l’Etat le fera », avait-il même précisé sèchement (il a dû très vite rétropédaler avec son idée qui faisait penser au régime de Vichy et qui, écrit Le Figaro, renforçait l’idée que le pouvoir a la tentation de contrôler les médias ou de placer la liberté d’expression sous surveillance).

C’est Le Figaro qui mène la charge avec en appui l’édito du jour ! Edito titré « Le prix de la liberté ».
Vincent Trémolet de Villers s’étonne d’une accumulation : un jour une loi censée lutter contre la haine en ligne expulse le juge de la procédure de sanction au profit d’opérateurs privés (Facebook… un autre jour la garde des Sceaux envisage de restreindre les dispositions protectrices de la loi de 1881 sur la liberté de la presse… un autre encore, le secrétaire d’Etat au Numérique défend la création d’un « Conseil de l’ordre des journalistes… »
A la base, une inquiétude réelle sur l’irruption en France de médias étrangers, notamment russes, qui dénigrent et fragilisent volontairement notre démocratie… Mais la réponse du secrétaire d’Etat n’est pas la bonne, juge Le Figaro… et ses confrères !

Ball-trap, suite… Figure numéro 2 : Anne Hidalgo

Si c’est l’enfer à Lyon en raison de la canicule (manchette du Progrès), c’est aussi l’enfer à Paris, canicule ou pas… Même si à 40° à l’ombre, le chaos urbain est encore plus diabolique…
Constat sans appel d’un philosophe aux propos d’habitude pondérés : Roger-Pol Droit dans sa chronique des Echos.
« Le quotidien a viré à l’enfer, et la cause est directement politique », écrit-il…
« Ce n’est un effet du hasard si cette ville joyau est à présent invivable, encombrée, polluée, laide et vulgaire. Erreurs, entêtements absurdes, fantasmes idéologiques, décisions contreproductives, bref une gestion délirante et néfaste. »
« La liste détaillée des bourdes funestes de la maire de Paris au cours de son mandat occuperait plusieurs volumes », avance Roger-Pol Droit qui s’attarde notamment sur la paralysie organisée de la circulation qui a fait monter la pollution !
Le philosophe choisit ses mots pour évoquer Paris enlaidies qui n’est plus la Ville Lumière : abject, meurtre d’âme, Paris aux mains de forces qui la minent.

Difficile peut-être de rivaliser avec la violence de cette baffe ? Qu’avez-vous encore trouver dans votre boîte à baffes ?

Fillon, Hollande, Villepin, Xavier Bertrand, Ségolène Royal et Nicolas Hulot dans le livre de Nicolas Sarkozy

On peut revenir sur le livre de Nicolas Sarkozy, car on n’a pas tout dit hier avec Fillon, Hollande ou Villepin…
Dans son article « ball-trap », L’Opinion mentionne Xavier Bertrand, Ségolène Royal ou encore Nicolas Hulot qui inspire ce commentaire de l’ancien Chef de l’Etat à propos de sa nomination par François Hollande comme « envoyé spécial pour la protection de la planète » : « Passons sur la modestie du titre… Il fallait y penser, et surtout il fallait oser. »
Nicolas Sarkozy revient sur sa démission du ministère de l’Ecologie, et assène : « Le spectacle fut gênant, presque choquant quand on pense aux réelles souffrances dans nos pays qui ont bien peu à voir avec le chagrin d’une ‘excellence’ qui choisit de partir sur un coup de tête. Sa démission donna l’impression d’un caprice ».
Fin de citation de… Passions !

Énergie nucléaire en France contre centrales à charbon en Allemagne

Mais ce n’est pas tout pour Nicolas Hulot ?
Non, il est aussi question de lui dans Le Figaro magazine. Un philosophe, à nouveau : Pascal Bruckner, qui sans être nullement climato-sceptique (il n’y en a plus d’ailleurs un seul en France depuis que Claude Allègre s’est tu), s’emporte contre l’extension massive des interdits…
Et Pascal Bruckner de s’étonner (ou de faire semblant) : « N’est-il pas indécent d’entendre le multimillionnaire Nicolas Hulot, inventeur de l’hélicologie, se poser en frère prêcheur de la frugalité et demander aux Français de se serrer la ceinture ? »
Au passage, Pascal Bruckner trouve curieux que la seule énergie sans émission de gaz à effet de serre (le nucléaire, atout de la France) soit vomie par les Verts, alors que l’Allemagne qui pollue l’Europe avec ses centrales à charbon reçoit tous les éloges de ce camp. »

Au G20, aucun consensus pour le climat

Reste que la réalité est là : on crève !
On crève de chaud… on va crever de soif ! clame Marianne…
Parmi les « aberrations », Marianne cite les piscines individuelles…
L’enfer aujourd’hui, et l’enfer qu’on nous promet…
On termine avec une attention pour les chefs d’Etat censés être au chevet de la planète au sommet du G20 au Japon. Mais ils peinent à se retrouver autour de l’intérêt commun, constate La Croix.

Soft Power pour Michelle et Barack Obama

En vedette dans Le Figaro Médias, l’ancien président américain Barack Obama, et madame Michelle… Une « franchise » en or massif…
Franchise, comprendre, une marque en or massif…
Le couple collabore avec Netflix, Spotify et l’éditeur Penguin… pour une centaine de millions de dollars !
Le Figaro explique une stratégie qui rapproche les Obama de Disney dont les héros à l’affiche au cinéma se transforment en peluches ou en jouets dans les rayons des magasins… Mais tout n’est pas qu’une affaire d’argent, avec leurs collaborations multiples, les Obama s’assurent aussi une audience très large et augmentent leur « soft power »
Mélanger engagement et entertainment ? Yes, they can…

Michel Grossiord

Plus de Revue de Presse de Michel Grossiord