Festivals de l’été 2022 : Un retour à la normale en demi-teinte

istock

La saison des festivals se termine en cette rentrée. Si les gros rendez-vous comme le Hellfest et les Francofolies ont fait le plein, le bilan reste mitigé pour les festivaliers, malgré la disparition des masques et des jauges.

Les organisateurs de festivals ont dû payer les artistes à prix d’or pour se différencier

Avec Rock En Seine qui a été clôturé hier par Stromae, la saison des festivals se termine. Il reste encore quelques uns, comme Paris Paradis organisé fin septembre à La Villette, mais le pic est déjà passé. Les plus gros rendez-vous comme le Hellfest, les Francofolies, Soldidays ou Lollapalooza, ou les plus petits comme le festival Garorock près de Bordeaux ou le Brive Festival ont fait leur retour cette année, sans jauge et sans masque et avec une vraie envie de faire la fête. Le public a répondu présent mais le bilan reste tout de même mitigé à cause d’un excès d’offre. Les artistes ont été tellement frustrés par les confinements à répétition que plein de spectacles et de tournées ont été repoussés à cette année. Surtout, certaines têtes d’affiches ont fait à la fois des spectacles en solo et des festivals. Si vous avez déjà vu votre artiste favori en salle il y a quelques mois, l’envie est moins grande d’aller le retrouver à un festival à l’autre bout de la France. Il y aussi une sorte de vente aux enchères avec les artistes, pour lesquels les organisateurs sont obligés de payer plus cher afin de se différencier. Enfin, les organisateurs se sont livrés à une course pour le matériel et le manque de projecteurs, d’amplificateurs son et de bus s’est fait ressentir.

A lire aussi

Le secret d’un festival réussi est une image de marque claire et la multiplication des sources de revenus

En résumé, les plus gros festivals ont fait le plein mais il y a sans doute un problème d’offre. Ceux qui s’en sortent le mieux sont ceux qui sont facilement identifiables. C’est vrai pour le Hellfest et ses fans de hard rock ou les Francofolies mais aussi pour des festivals très ciblés, par exemple de jazz ou de classique. L’autre secret des festivals est la multiplication des sources de revenus. Par exemple, bénéficier d’une municipalité qui paye ou qui aide pour accueillir, amortir les frais d’installation en faisant venir une méga star toute seule la veille ou le lendemain, comme Solidays avec les Rolling Stones en juillet. Les organisateurs peuvent aussi faire de bonnes marges avec un petit business annexe. Dans de nombreux évènements, les boissons et l’alimentation ne se payent pas en cash mais avec des petits bracelets que vous chargez avant le spectacle. Souvent, il vous reste quelques euros à la fin. Encore faut-il se faire rembourser et les sommes non dépensées peuvent retomber dans les marges du festival.

David Barroux

Retrouvez toute l’actualité Economie