Avec Activision, Microsoft se prépare à créer des mondes virtuels interactifs

istock

Pourquoi Microsoft a décidé de dépenser presque 69 milliards de dollars pour acheter Activision, le numéro un américain du jeu vidéo ?

On compte aujourd’hui 3 milliards de joueurs de jeux vidéo

Microsoft est depuis le début du siècle un acteur majeur du jeu vidéo. Depuis le lancement de la première génération de Xbox en 2001, l’entreprise s’est affirmée comme la vraie rivale de la PlayStation de Sony et des consoles de salon plus familiales de Nintendo. Microsoft a des jeux majeurs comme la simulation pour les pilotes d’avions et a aussi fait l’acquisition de jeux plus violents comme Doom ou plus ludiques comme Minecraft. Le digital est en très forte croissance. On compte 3 milliards de joueurs aujourd’hui et on pourrait en compter 4 milliards et demi d’ici 2030.

A lire aussi

 

Mais pourquoi payer aussi cher pour un éditeur de jeux ? La première raison est que le nouveau modèle dans le jeu vidéo se rapproche de celui à la Netflix. On va séduire des abonnés en leur permettant d’accéder pour un prix fixe mensuel, à plein de jeux. Pour se différencier on a besoin d’exclusivités au moins temporaires. En rachetant Activision, Microsoft peut s’emparer de jeux majeurs comme Call of Duty ou World of Warcraft. Son service par abonnement a déjà 25 millions de clients. Avec des exclusivités fortes, Microsoft doit pouvoir séduire encore plus de monde. L’autre famille de jeux vidéo ce sont les petits jeux gratuits à la Candy Crush. Des jeux sur smartphone où l’éditeur gagne de l’argent en vendant des options. Mais je ne crois pas que le jeu soit la seule ambition de Microsoft.

Microsoft se prépare à créer des mondes virtuels interactifs

Microsoft reste aussi une entreprise très tournée vers le monde professionnel. Ils vendent par exemple des logiciels pour les salariés ou des systèmes d’exploitation qui font tourner les ordinateurs, mais aussi les logiciels comme Word ou Excel. Le groupe fondé par Bill Gates a multiplié les acquisitions qui lui permettent d’offrir de nouveaux services aux clients professionnels. Microsoft a racheté Skype il y a dix ans pour 8 milliards et demi parce que le groupe avait compris que la téléphonie sur IP allait devenir majeur pour les entreprises. LinkedIn a aussi été racheté il y 5 ans pour 26 milliards parce que les professionnels avaient aussi besoin d’un réseau social.

A lire aussi

 

Avec Activision, Microsoft se prépare à créer des mondes virtuels interactifs dans lesquels les professionnels pourront échanger via des avatars. C’est ce qu’on appelle les Métavers. Ce monde parallèle ne va pas attirer que les gamers. Ce sera aussi un monde digital professionnel. Et celui qui contrôlera l’architecture de ce monde pourra offrir plus de services aux entreprises. Avec le télétravail, on a tous basculé sur Zoom ou Teams. Pour l’instant cela est basé sur des échanges vocaux ou vidéos. Mais d’ici quelques années, je fais le pari que notre univers pro numérique ressemblera par plein de côté aux aspects les moins violents des jeux d’Activision qui est devenu maître dans la création des mondes parallèles. C’est pour cela que Microsoft dépense autant dans cette seule acquisition que pour toutes ses opérations précédentes en cumulé.

David Barroux

Retrouvez le Décryptage Economique