Oscars 2023 : Pourquoi le film Tár avec Cate Blanchett a fâché la cheffe d’orchestre Marin Alsop

NDZ/STAR MAX/IPx/AP/SIPA

Le film Tár de Todd Field a été récompensé aux Golden Globes pour la performance de Cate Blanchett qui y interprète le rôle d’une cheffe d’orchestre ambitieuse et manipulatrice. Marin Alsop, dont le réalisateur et scénariste se serait inspiré, se dit offensée par ce rapprochement.

 

Cate Blanchett joue une cheffe d’orchestre accusée d’abus et de harcèlement moral

Mardi ont été décernés à Los Angeles les Golden Globes qui récompensent les meilleurs films et séries télévisées de l’année. Tár, de Todd Field, y était nommé dans les catégories « meilleur film dramatique » et « meilleur scénario » mais c’est dans celle de la « meilleure actrice » que le film a été récompensé pour la performance de Cate Blanchett. La comédienne australienne est également en course en mars prochain pour un 2ème Oscar dans cette catégorie, après celui qu’elle a obtenu en 2014 pour son rôle dans Blue Jasmine de Woody Allen.

 

A lire aussi

 

 

Une performance d’actrice que salue Marin Alsop, mais, dans une interview au Sunday Times, la cheffe d’orchestre américaine se montre très critique quant au fait qu’elle aurait inspiré le personnage principal. Il faut dire que la cheffe du film se révèle manipulatrice et obsessionnelle, au point d’être accusée d’abus et de harcèlement moral. « J‘ai été offensée : j’ai été offensée en tant que femme, j’ai été offensée en tant que cheffe d’orchestre, j’ai été offensée en tant que lesbienne » s’offusque Marin Alsop.

 

Tár sortira en salle en France le 25 janvier prochain

Dès le mois d’août, Marin Alsop avait démenti avoir « collaboré » avec Todd Field, comme il l’avait affirmé, et ajoute n’avoir eu aucun contact avec l’équipe du film. Elle n’a entendu parler de Tár pour la 1ère fois qu’après le tournage. « C’était pourtant une bonne opportunité de représenter une femme dans ce rôle mais d’en faire une agresseuse, c’est inadmissible, insupportable ! » a-t-elle déclaré au Sunday Times, ajoutant : « Je pense que toutes les femmes et toutes les féministes doivent être dérangées par ce genre de représentation. Supposer que des femmes se comportent de la même manière que certains hommes ou deviendront hystériques et folles, c’est perpétuer une image que nous avons déjà vue au cinéma tant de fois auparavant ».

Philippe Gault

 

 

 

 

Retrouvez l’actualité du Classique