Vaccin anti-Covid : Frédéric Valletoux souhaite que les professionnels libéraux viennent massivement en renfort des hospitaliers

Frédéric Valletoux était l’invité de la matinale de Bernard Poirette sur Radio Classique ce vendredi 8 janvier. Le président de la Fédération hospitalière de France et maire (Agir) de Fontainebleau assure que « les hospitaliers ne pourront pas tout faire seuls. Il faut que les professionnels libéraux viennent massivement en renfort sinon on sera loin de l’objectif d’1 million de vaccinés fin janvier ».

 

Frédéric Valletoux : « cet été, nous devions tester, tracer, isoler, or on a peu testé, mal tracé et pas du tout isolé »

L’arrêt de travail en cas de fièvre, annoncé hier par Jean Castex : bonne idée ou porte ouverte aux abus ? Face à la question très directe de Bernard Poirette, Frédéric Valletoux a évoqué une « période intermédiaire, avec des dispositifs pour essayer d’accompagner au mieux les Français ». Refusant de jeter la pierre au gouvernement, le président de la Fédération Hospitalière a toutefois reconnu que celui-ci « tâtonnait », dénonçant la fameuse stratégie qui devait être mise en place à l’été, après le premier confinement. « Nous devions tester, tracer, isoler, or on a peu testé, mal tracé et pas du tout isolé », a déclaré, lapidaire, Frédéric Valletoux.

 

A lire aussi

 

Alors que le variant britannique du coronavirus préoccupe les autorités de santé par sa forte contagion, le président de la Fédération hospitalière a insisté sur le risque indirect qu’il présente, celui de « conduire plus de gens vers des services hospitaliers très engorgés ». Il a ensuite rappelé qu’entre mars et juin 2020, 2 millions d’actes médicaux avaient été déprogrammés, au profit de la prise en charge des patients Covid. Un chiffre qui pourrait avoir doublé aujourd’hui, selon Frédéric Valletoux. Il dénonce le déséquilibre du fonctionnement des systèmes de santé, et un non accès aux soins pour certains Français, « des patients qui auront des cancers, ou des maladies détectées plus tard, avec des pertes de chance évidentes ». Il plaide pour un retour à la normal dans les hôpitaux le plus rapide possible.

 

Les hospitaliers ont assuré les 45 000 premières vaccinations en France

Interrogé sur le chiffre d’1 million de patients vaccinés contre la Covid 19 fin janvier, Frédéric Valletoux a tenu à rappeler les conditions dans lesquelles a été organisée cette campagne de vaccination : « jeudi dernier, Olivier Véran annonce qu’une partie des professionnels de santé peut se faire vacciner à l’hôpital. Dimanche soir, il convoque les hospitaliers pour leur dire que les vaccins arriveront en début de semaine, et les premiers vaccinés l’ont été mercredi ». « Une fois de plus, les hospitaliers ont été au rendez-vous, ils ont assuré les 45 000 premières vaccinations, et les poursuivront jusqu’au 18 » s’est-il félicité.

 

A lire aussi

 

Mais si les doses de vaccin Pfizer et le personnel sont là, a-t-il poursuivi, « l’hôpital ne pourra pas tout faire ». Pour Frédéric Valletoux, « si on veut vraiment atteindre le million de vaccinés comme l’a annoncé le gouvernement, cela veut dire qu’à partir de la mi-janvier, il faudra que les professionnels de ville, les professionnels libéraux, les médecins généralistes et les infirmières libérales se mobilisent massivement pour prêter main forte aux hospitaliers ». Il préconise également l’aide des collectivités locales et de l’état pour accélérer la mise en place des centres de vaccination. Centres dont « ne voulait pas » le gouvernement, « mais il a changé de pied, et c’est tant mieux », a expliqué le maire de Fontainebleau.

 

Campagne de vaccination : le Canard enchaîné a révélé que le gouvernement avait eu recours à des cabinets privés

Le Canard enchaîné a révélé ce mercredi que le gouvernement avait fait appel à des cabinets privés pour gérer la campagne de vaccination. « Cela donne l’image d’une administration qui a du mal à conduire cette campagne. Je ne sais pas pourquoi [le ministère de la Santé] a du mal à tirer les enseignements de ce qu’il a déjà vécu ces derniers mois, et qu’il fasse appel à des cabinets privés, c’est au moins qu’il a conscience qu’il n’est pas efficace ! » a lancé Frédéric Valletoux. S’agissant d’efficacité, Bernard Poirette s’est interrogé sur le passage du couvre feu de 20h à 18h dans une partie de la France : « 2 heures d’écart, c’est efficace ? ». « Impossible de répondre à votre question », a souri Frédéric Valletoux, insistant : « ce qui est efficace, c’est recherche de solutions qui allègent la pression sur les lignes hospitalières ». Il a rappelé que la crise hospitalière date de « bien avant » la crise du coronavirus, et « cela a montré à quel point l’hôpital est en souffrance, mais aussi que les hospitaliers étaient au rendez-vous ». Regrettant un Ségur de la santé « en demi teinte », faisant référence à la grande consultation lancé par le gouvernement entre mai et juillet dernier, il a expliqué qu’ « on a renvoyé à plus tard les réformes de fond, mais il faudra se poser la question de la bonne place de hôpital ».

Béatrice Mouedine

 

Retrouvez les interviews politiques