Trains à hydrogène : une technologie vraiment avantageuse ?

ubahnverleih /wikimedia commons

On parle beaucoup de la voiture à hydrogène mais ça reste encore un rêve, alors que le train qui roule à l’hydrogène est déjà une réalité. Il y a des trains régionaux qui roulent ainsi en Allemagne depuis 2018, et hier la SNCF ainsi que quatre régions françaises ont confirmé qu’elles allaient remplacer des vieux TER qui roulent au diesel par des TER flambants neufs tractés par un moteur électrique branché sur une batterie, une pile à combustible à l’hydrogène.

Alstom : ses trains à hydrogène roulent à 160km/h

La France commence par 14 trains, mais si ces tests grandeur nature qui vont commencer d’ici 2023 sont concluants, on pourrait d’ici une dizaine d’année compter plus de 200 TER à l’hydrogène.  Aujourd’hui la moitié de notre réseau de 30.000 kilomètres de rails n’est pas électrifié, on roule donc beaucoup au Diesel. Or ce carburant représente 25% de l’énergie utilisée par les TER et surtout 75% de nos émissions de CO2 dans le ferroviaire. Si on veut lutter contre le réchauffement climatique on doit soit électrifier les lignes, soit passer à des trains à batteries à l’autonomie limitée, soit passer à l’hydrogène. Parce qu’électrifier des milliers de kilomètres coûterait trop cher.

 

A lire aussi

 

L’hydrogène est très adapté pour le transport collectif

La technologie est prête. Les trains que propose Alstom roulent à 160 kilomètres heures sur plusieurs centaines de kilomètres. On peut transporter plusieurs centaines de passagers. L’hydrogène sera plus cher que le Diesel mais moins cher que l’électrification. On peut aussi avoir des trains hybrides : hydrogènes et électriques. C’est un système très souple, qui a l’avantage d’avoir des points de départ et d’arrivée très prévisibles pour un train. Cela permet de construire des stations de recharge qui pourront aussi servir pour faire le plein de bus par exemple. L’hydrogène est très adapté pour le transport collectif. Mais pour que ce soit vertueux sur un plan environnemental, il faut que l’hydrogène soit produit à partir d’énergies renouvelables ou peu polluantes. Si on brûle du gaz, du charbon ou du fuel pour le produire, on n’a rien réglé. On est au début du chemin mais on avance dans la bonne direction.

David Barroux

 

Retrouvez le Décryptage Economique