Top 5 des publicités des années 80/90 indissociables de la musique classique

istock

Royal Canin, CNP assurance ou encore Aoste, beaucoup de marques ont mis à l’honneur des œuvres du répertoire classique au service de la promotion de leurs produits. Certaines vous ont sans doute marqué plus que d’autres par leurs airs entêtants. La rédaction de radioclassique.fr a donc réalisé un Top 5 de ces publicités datant des années 80/90, période du plein essor de la pub.

1) CNP Assurance, Valse N°2 de Dmitri Chostakovitch

C’est sans doute la publicité qui a le plus marqué les années 90 avec sa valse numéro 2 de Dmitri Chostakovitch. Composée en 1956 en plein XXème siècle et donc en plein essor de la publicité, cette valse a été popularisée grâce au petit écran par la compagnie d’assurance CNP. On y suit l’histoire d’un petit enfant qui traverse différentes étapes de sa vie : de l’adolescence au mariage jusqu’à ce qu’il devienne lui-même grand-père. Il lègue son violon à son petit-fils qui s’élance à son tour dans la vie. Tout cela sur une valse entraînante toutefois empreinte d’une certaine mélancolie. Le choix de cette musique n’est d’ailleurs pas anodin. A l’époque en France, le grand public connaît mal l’œuvre de Chostakovitch. Il y a dans la valse, rythmée par 3 temps, une sorte de cercle vertueux qui ne cesse de recommencer encore et encore. Qu’elle soit jouée ou dansée, elle ne cesse de tourner sur elle-même. Un peu à l’image de l’histoire que nous conte CNP assurance, c’est un cycle, celui de la musique d’une part, mais également celui de la vie, dans un clip réalisé par le célèbre réalisateur danois Lars Von Trier, alors peu connu . Le succès de cette publicité datant de 1993 et devenue culte restera la marque de fabrique de la CNP. La compagnie a continué à utiliser la musique du compositeur russe durant près de 30 ans dans ses campagnes publicitaires, contribuant à sa notoriété en France.

2) Chanel, Parfum Egoïste, Sergueï Prokoviev, Danse des chevaliers

Cette publicité de la maison Chanel est sortie en 1990.  La vidéo d’abord filmée en noir et blanc met en scène des femmes habillées de manière élégante, qui ne cessent de crier « égoïste » à un homme qui n’apparaît pas à l’image. La musique extrêmement puissante et rythmée met en relief l’aspect tragique de la scène. Et pour cause, il s’agit de la Danse des chevaliers tirée du ballet Roméo et Juliette de Sergeï Prokoviev. Le décor à donc ici toute son importance puisqu’il fait écho à la scène de Roméo au balcon de Juliette dans la pièce Shakespearienne. Une publicité signée Jean-Paul Goude, grand photographe et réalisateur de publicités ayant travaillé pour de nombreuses marques telles que Vogue ou les Galeries Lafayette.

3) Royal Canin, Ennio Morricone, Chi Mai

En 1984, le fabricant de croquette Royal Canin sort cette publicité qui va marquer toute une génération. On y voit un berger allemand courir dans la nature sur la bande originale du film Le Professionnel. Le choix d’utiliser la musique instrumentale du compositeur italien est volontaire. Chi Mai, musique devenue mythique, permet de faire associer directement au spectateur la musique à la publicité. Le film Astérix et Obélix : mission Cléopâtre parodiera même cette publicité avec la scène d’Idéfix poursuivant un Romain, preuve du succès incontestable de cette publicité du petit écran. Cette vidéo de Royal Canin a d’ailleurs ressurgi sur les réseaux sociaux récemment, au lendemain de la mort de Jean-Paul Belmondo, acteur principal du film Le professionnel.

 

Retrouvez ici la parodie de la publicité dans le film Astérix et Obélix 

4) Jambon d’Aoste, Giuseppe Verdi, air des courtisans, Rigoletto

Aoste emprunte en 1997 l’air des courtisans extrait de l’opéra Rigoletto de Giuseppe Verdi. L’emploi d’air d’opéra – et particulièrement les opéras italiens- dans la publicité permet d’associer la qualité d’un produit à quelque chose de « luxueux ». De plus, la mise en scène avec ses décors, ses costumes et l’ ambiance festive, nous fait étrangement penser à celle de Rigoletto. Cet opéra a donc été une véritable source d’inspiration pour Aoste qui souhaite véhiculer une image « haut de gamme » de son jambon tout en rendant hommage à Verdi.

Retrouvez ici la scène du chant des courtisans de Rigoletto 

5) Le sucre, Nicolaï Rimski-Korsakov, air du Vol du bourdon, Le Conte du tsar Saltan

Pour conclure ce Top 5, il fallait ajouter une publicité signée encore une fois Jean-Paul Goude. Bien que très différente de celle de Chanel, le scénario met ici en scène un enfant déguisé en bourdon. Celui-ci vante les mérites du sucre en répétant « j’étais là » et incite à la consommation de confiseries. Si cet insecte est friand du sucre des fleurs, le choix de la musique est tout à fait légitime dans cette publicité. Il s’agit en effet de l’air du Vol du bourdon extrait de l’opéra Le Conte du tsar Saltan de Korsakov. C’est une musique dite descriptive, c’est-à-dire qu’elle a pour vocation de nous faire imaginer ce que l’on entend. Ici, le bourdon est facilement identifiable par son tempo extrêmement rapide et ses alternances de nuance pianissimo/fortissimo qui nous rappelle le bourdonnement de l’insecte à l’approche de notre oreille. Un choix musical judicieux qui correspond tout à fait à l’envers du décor de cette publicité.

 

Retrouvez ici la version orchestrale du Vol du bourdon de Korsakov 

Ondine Guillaume

 

Retrouvez l’actualité du Classique