Secteur aérien : Le chômage partiel pourrait être prolongé « pour préserver les emplois », annonce Jean-Baptiste Djebbari

Jean-Baptiste Djebbari était l’invité de la matinale de Guillaume Durand mardi 9 juin. Le secrétaire d’Etat aux Transports a annoncé que le plan de sauvetage du transport aérien devrait s’établir « autour des 15 milliards » d’euros. Il a également indiqué que le chômage partiel devrait être prolongé dans le secteur aérien pour préserver les emplois et éviter les « acquisitions hostiles » de la part d’entreprises étrangères. Il a aussi estimé à la mi-juillet la date de reprise des vols internationaux.

 

Air France « envisage au mois d’août 40% de son trafic habituel »

« Au total, quand on compte les 7 milliards d’aides à Air France – KLM, on est autour des 15 milliards ». Jean-Baptiste Djebbari a esquissé le plan de sauvetage du secteur aéronautique que le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, doit présenter ce matin même. Très touché par la crise du coronavirus, le trafic aérien doit « repartir en toute sécurité » alors que se profilent les vacances d’été. Le secrétaire d’Etat a indiqué que les frontières de l’espace Schengen pourraient être rouvertes prochainement, avec « un rendez-vous européen » sur la question d’ici la mi-juin.

 

A lire aussi

 

Des « discussions avec la Chine et les Etats-Unis » ont lieu pour un rétablissement du trafic plus global. La reprise des vols à l’international devrait s’opérer à partir de la mi-juillet. Mais le redémarrage sera progressif, a prévenu Jean-Baptiste Djebbari : « Air France envisage d’avoir au mois d’août 40% de son trafic habituel. Cela donne une idée de l’ampleur de la reprise ».

 

 

 

« La crise s’annonce durable. Airbus dit qu’il aura 35 à 40% d’activité pendant 2 ans », prévient Jean-Baptiste Djebbari

Outre l’organisation du retour à la normale dans les aéroports, se pose la question du maintien de l’emploi dans le secteur aéronautique, alors qu’Airbus prévoit des annulations de commandes dans les semaines et mois à venir. « On a quasiment 300.000 emplois directs et indirects. On a toute une filière encore très fortement localisée en France et il faut la préserver. (…) On doit se prémunir des acquisitions hostiles. Beaucoup de PME d’Occitanie ont été approchées par des entreprises étrangères », a-t-il alerté.

 

A lire aussi

 

Jean-Baptiste Djebbari a ainsi indiqué que « l’activité partielle de longue durée est envisagée dans ces secteurs » pour protéger l’emploi. « La crise s’annonce durable. Airbus dit qu’il sera à 35 – 40% d’activité pendant 2 ans », a précisé le secrétaire d’Etat, qui veut profiter de la crise pour donner de nouvelles perspectives à l’aéronautique. Le secteur devra ainsi investir dans des « avions plus verts ».

 

 

 

Jean-Baptiste Djebbari veut engager le secteur aéronautique dans une « transition écologique »

L’ancien pilote de ligne a fixé le calendrier, avec un « avion hybride à l’horizon 2027 pour les transports régionaux ». Cet avion sera doté de moteurs électriques pour l’alimentation en énergie à bord pendant le vol. C’est « une possibilité industrielle », a assuré le secrétaire d’Etat. En attendant, des avions à biocarburants pourraient émerger. « Si on arrive à remplacer le carburant avec de l’hydrogène, là vous avez un avion complètement vert, qui n’émet plus de CO2. C’est cette transition écologique dans laquelle la filière est engagée ».

 

A lire aussi

 

Jean-Baptiste Djebbari a aussi fait une courte description de l’état du trafic ferroviaire. « Il y a 6 TGV sur 10 et un taux de remplissage de 30% à 50%. Il y a une dimension de confiance à rétablir chez les Français », a-t-il estimé, rappelant que le port du masque, « très largement respecté », était la pierre angulaire d’un retour massif de passagers dans les gares.

 

 

Nicolas Gomont

 

Retrouvez les interviews politiques