Quels festivals de musique classique se tiendront cet été ?

« Préserver ce qui pouvait l’être »: quelques dizaines de festivals de spectacle vivant en France veulent faire bonne figure durant cet été perturbé par la crise du coronavirus, se réinventant avec jauge réduite, concerts diffusés sur internet ou en plein air.

 

150 spectateurs par concert à La Grange au Lac

Parmi les manifestations maintenues cet été: le Festival des Heures Musicales de l’Abbaye de Lessay en Normandie avec 270 spectateurs dans l’église romane, le Festival des Forêts, qui propose des « bains de forêts musicaux » avec 20 personnes par groupe à Laigue et Compiègne, ou encore le festival de cirque annuel du Centre international des arts en mouvement à Aix-en-Provence (200 personnes en plein air chaque soir). De même, les Rencontres musicales d’Evian proposeront six concerts (4-9 juillet), la moitié de sa programmation initiale. La Grange au Lac, salle de 1100 places, célèbre pour son lien avec le légendaire Rostropovitch, accueillera 150 spectateurs pour des concerts retransmis en direct sur Radio Classique et la plateforme Medici.tv.  

A lire aussi

 

Il s’agira d’une affiche de musique de chambre avec des artistes essentiellement basés en France dont le Quatuor Modigliani, Gautier Capuçon, Alexandre Kantorow et Bertrand Chamayou. « On va s’adapter pour recevoir le plus de gens possible si la jauge autorisée évolue. On a voulu préserver ce qui pouvait l’être, et sauver quelque chose, notamment l’écosystème du festival. L’organisateur est le premier des dominos, à partir du moment où l’on baisse les bras, tous les autres s’effondrent » précise Philippe Bernhard, le directeur artistique des Rencontres musicales d’Evian.

Au Festival d’Aix-en-Provence, pas d’opéras mais des récitals à huis-clos

Un état d’esprit partagé par Pierre Audi, directeur artistique du Festival d’Aix-en-Provence, une des plus importantes manifestations d’art lyrique dans le monde : « il faut construire et dire aux gens que nous serons là dans l’après-crise ». Le Festival, initialement prévu du 30 juin au 18 juillet, n’a pas eu la chance du calendrier de Salzbourg, rare rescapé des grandes manifestations estivales, qui se tiendra pendant le mois d’août, ou du Festival international de piano de la Roque d’Anthéron, également maintenu en août.

A lire aussi

 

Pour Pierre Audi, il était « très difficile d’organiser une billetterie, même limitée. Il faut créer plusieurs entrées pour des lieux comme le Théâtre de l’Archevêché; c’était bien trop tard ». A défaut des 5 productions ambitieuses d’opéra prévues, le Festival a maintenu ses récitals (à huis-clos et diffusés via internet), avec les artistes initialement programmés, comme le baryton Christian Gerhaher, le chef d’orchestre Sir Simon Rattle ou la soprano Sabine Devieilhe. Pour les opéras, « j’essaie de garder un maximum de productions intactes pour les prochaines éditions, il faut se projeter en 2021″,  indique le responsable du Festival d’Aix-en-Provence.

 

Philippe Gault (avec AFP)

 

Retrouvez l’actualité du Classique