« Qu’a-t-on à perdre ? » : Donald Trump se traite à la chroquine, en prévention du coronavirus

Donald Trump a annoncé hier, devant plusieurs journalistes, être traité à la chloroquine depuis plus d’une semaine. Il a assuré prendre le médicament controversé en prévention, puisque tous ses tests se seraient avérés négatifs au coronavirus.

 

Donald Trump a lâché l’information, alors qu’il répondait aux doutes d’un lanceur d’alerte sur la chloroquine

Dans le langage de la communication politique à Washington, on appelle cela « l’effet boom ». Un président reçoit gentiment quelques journalistes, parfois même sans que ses conseillers soient prévenus, et leur livre une information exclusive qui, dans le monde merveilleux de l’information en continue, va susciter de nombreux débats, polémiques, critiques… Et va donc faire boom ! Hier, le président Donald Trump a probablement fait son plus gros boom du moment.

 

A lire aussi

 

Personne ne s’attendait à cela. Le chef de l’Etat recevait des restaurateurs en difficultés et subitement, en répondant à une question sur un lanceur d’alerte exprimant des doutes sur la chloroquine, le président Trump s’est exclamé : « Beaucoup de gens en prennent. Vous seriez surpris de voir combien. Surtout des gens qui travaillent en première ligne, comme moi ». A ces mots, les journalistes se sont affolés. Très calmement, Donald Trump a alors fait une autre déclaration.

 

 

Donald Trump s’est vanté d’être « encore là », malgré les contaminations à la Maison-Blanche

« Il y a quelques semaines, j’ai commencé à prendre de l’hydroxychloroquine, parce que je pense que c’est bon. J’ai entendu beaucoup de bonnes histoires. Et qu’a-t-on à perdre ? », a ajouté Donald Trump. Le chef de l’Etat a bien précisé que tous ses tests effectués jusqu’à présent sont négatifs. Mais officiellement, il a donc reconnu prendre en prévention ce médicament, malgré les critiques dans le monde entier.

 

A lire aussi

 

Le président a précisé avoir demandé au médecin de la Maison-Blanche son avis. De manière toujours provocatrice, après ses explications, il s’est aussi moqué des journalistes, en disant : « J’attendais juste de voir vos yeux écarquillés en annonçant cela. Depuis une semaine et demi, je prends mes comprimés, et je suis encore là », a répété 2 fois Donald Trump. La presse de la Maison-Blanche, aussi, était encore là, pour recueillir les confessions « boom » du président, sous médicament.

 

Laurence Haïm

 

Retrouvez l’actualité du Classique