Pas de reprise du championnat de Ligue 1 de football : quelles conséquences pour les clubs ?

Edouard Philippe a annoncé hier que les compétitions françaises de football ne vont pas redémarrer avant le mois de septembre. Avec la chute des recettes, grands et moyens clubs vont devoir s’endetter pour survivre. Les plus petits auront, eux, peu de chances d’échapper à la faillite.

 

Canal + ou BeIN vont cesser de verser des droits télévisuels

Jusque-là, j’avais tenu. Je pouvais me passer de faire du vélo, accepter de voir moins mes amis, être obligé tous les jours de télétravailler… Je voulais bien me passer de foot pendant 1 mois ou 2 mais là, c’est la catastrophe. Edouard Philippe a été très clair hier, le championnat de foot ne va pas reprendre, même à huis-clos. Et le rugby, le hand-ball ou le basket vont être mangés à la même sauce. Tout le monde reste à la maison et les fans de sport vont devoir regarder des séries à la télé.

 

à lire aussi

 

Les matchs reprendront au mieux en septembre. Les conséquences économiques vont être catastrophique, mais c’est trop tôt pour dire qu’elle sera l’ampleur du désastre. S’il n’y a plus de matchs, il ne va plus y avoir de recettes. Canal+ et BeIN ne vont pas payer pour une fin de saison qui ne va pas se jouer. Les recettes de billetterie s’envolent aussi. Le cataclysme sera encore plus important si la France est l’un des rares pays à ne pas reprendre.

 

 

Si le foot redémarre en Allemagne ou ailleurs, le foot français risque d’être encore plus affaibli. Comment le PSG pourrait participer à une éventuelle reprise de la Ligue des Champions si on ne joue pas en France ? Pour nous, il vaudrait mieux finalement que le foot ne reprenne dans aucun pays.

 

Clubs de football : s’ils brassent beaucoup d’argent, ils ont peu de trésorerie

Parce que si le foot brasse beaucoup d’argent, les clubs sont fragiles économiquement. A chaque fois que leurs recettes augmentent, toute la hausse part dans les salaires des joueurs, les transferts et les commissions des agents. Du coup, les clubs sont souvent en France sur le fil du rasoir. Le PSG est une exception parce qu’il est adossé à un Qatar très riche.

 

à lire aussi

 

Mais l’OM est une machine à perdre de l’argent. L’OL et des clubs comme Lille ne s’en sortent que parce qu’ils font des plus-values sur un marché des transferts qui, cette année, risque de ne pas flamber parce que partout, les clubs vont avoir des difficultés. Le foot est comme plein de secteurs confrontés à un problème simple : les frais fixes restent très élevés et les recettes ont disparu pour un bon moment.

 

 

Les clubs ont des rentrées d’argent prévisibles et vont donc pouvoir s’endetter, les salaires vont sans doute baisser. Les clubs les plus riches vont s’en sortir, les clubs intermédiaires vont être affaiblis et les plus faibles vont sans doute faire faillite.

 

David Barroux