Les coiffeurs rouvriront le 11 mai : pourront-ils récupérer le manque à gagner ?

Les 85000 coiffeurs se préparent à reprendre leur activité. Ils pourront rouvrir progressivement à partir du 11 mai, à condition d’avoir pris des dispositions pour respecter les distanciations sociales. Malgré la forte demande, ils pourraient ne pas atteindre la rentabilité.

L’Oréal, gros fournisseur des coiffeurs, a provisionné masques et gels pour sécuriser les salons

Emmanuel Macron l’a dit : à part les cafés, restaurants et salles de spectacles, tous les commerces ont vocation à rouvrir progressivement à partir du 11 mai. Du coup, les coiffeurs se préparent à accueillir à nouveau des clients et clientes, dont la tignasse aura bien poussée en deux mois. Il va falloir faire des tonnes de colorations et de mises en plis c’est sûr !

 

à lire aussi

 

Mais il va aussi falloir respecter des règles de distanciation sociale. Ce qui n’est pas si facile car on ne peut pas trop couper les cheveux à deux mètres de distance… Comme tous les commerces, avant de rouvrir, chaque fédération doit apporter la preuve au gouvernement que les règles sanitaires seront respectées. Les coiffeurs ont fait pas mal de propositions. Déjà, ils incitent les clients à réserver pour éviter les embouteillages dans les salons.

 

 

Ensuite, on privilégiera le paiement à l’avance ou par carte. Il n’y aura sans doute que 2 clients tous les trois sièges. Un groupe comme L’Oréal, qui dépend beaucoup de la bonne santé économique des coiffeurs, a sécurisé des approvisionnements en masques et en gel hydroalcoolique pour les clients comme pour le personnel.

 

Les coiffeurs pourraient élargir leurs plages d’ouverture pour éviter le manque à gagner

Les coiffeurs auront même des blouses en plastique et les clients des surchaussures. Les sièges seront eux nettoyés après chaque coupe. En France, il y a environ 85000 coiffeurs et nous sommes plus d’1 million en moyenne à aller chez le coiffeur tous les jours. Il y a de la demande et là, les sondages disent que 60% des Français voudraient aller chez le coiffeur dès la première semaine du déconfinement.

 

 

Le problème, c’est que les charges vont rester fixes, mais qu’ils devront sans doute couper les cheveux avec 2 fois moins de personnes par jour. Une solution pourrait être d’élargir les plages d’ouverture en proposant de se faire couper les cheveux le soir ou le dimanche, ce qui est très fréquent dans certains pays. Cela serait une idée, parce que sinon, on va vers un manque à gagner considérable.

 

 

Les gens ne vont pas aller deux fois plus chez le coiffeur d’ici la fin de l’année parce qu’ils ne se sont pas fait couper les cheveux pendant deux mois. Certains ont, paraît-ils, appris à se couper les cheveux tout seul pendant le confinement et ne reviendront peut être jamais chez un coiffeur. Enfin, cela dépend sans doute du résultat…

 

David Barroux