Mozart : Sa soeur Maria Anna a-t-elle composé certaines œuvres signées Wolfgang ?

Selon un musicologue australien réputé, Maria Anna Mozart aurait composé plusieurs œuvres attribués à son frère cadet dont deux de ses cinq concertos pour violon. La sœur de Wolfgang Amadeus Mozart, elle aussi musicienne précoce, avait dû arrêter sa carrière de pianiste à l’âge de 18 ans à la demande de son père.

D’après Martin Jarvis, les partitions des concertos pour violon de Mozart ne portent pas la même signature

Martin Jarvis est un musicologue de renom. Violoniste, chef d’orchestre, professeur de musique retraité et fondateur en 1989 de l’Orchestre Symphonique de Darwin (nord de l’Australie). Depuis des dizaines d’années il étudie « scientifiquement » l’œuvre de Wolfgang Amadeus Mozart et c’est à partir de l’étude de partitions manuscrites originales qu’il a déduit que certaines d’entre elles n’auraient pas été composées par le maître de Salzbourg.

A lire aussi

 

Selon Martin Jarvis, si trois des partitions des cinq concertos pour violon (K.207, K.211, K.216, K.218 et K.219 composés en 1773 et 1775) du compositeur autrichien sont signées Wolfgang Amadeus Mozart, deux autres – dans une écriture différente – portent la mention Amadeus Wolfgang Mozart. Pour le musicologue c’est la sœur aînée du musicien, Maria Anna, qui aurait composé ces deux morceaux. Il justifie cette hypothèse par le fait que, selon lui « nous savons que Nannerl (le surnom de Maria Anna Mozart ndlr) a composé parce que même dans certaines de ses lettres, Mozart la complimente sur sa musique »

Martin Jarvis avait déjà suggéré que certaines œuvres de Bach auraient été écrites par sa 2épouse

Le professeur Jarvis pense que Maria Anna Mozart aurait décidé qu’il était plus important de soutenir la carrière de son frère d’autant plus qu’à l’époque les femmes n’étaient pas censées être des compositrices. Il suggère même qu’après la mort de Wolgang Amadeus, en accord avec sa belle-sœur, Nannerl aurait décidé de ne rien réclamer de ses participations, estimant que « les partitions originales auraient plus de valeur si on pensait qu’elles étaient signées par son frère ».

A lire aussi

 

À la fin des années 2000, Martin Jarvis avait déjà agité le monde de la musique classique lorsqu’il avait suggéré dans une étude, par la suite publiée dans un livre intitulé Written by Mrs Bach (puis dans un documentaire), que, d’après des études graphologiques, certaines œuvres majeures de Jean-Sébastien Bach, dont Suites pour violoncelle et une partie du Clavier bien tempéré, auraient été composées, par sa deuxième épouse, la cantatrice Anna-Magdalena.

Philippe Gault

Retrouvez l’actualité du Classique