Mort de Milton Glaser, inventeur du logo « I ❤️ NY » et passionné de la musique classique

Milton Glaser a marqué l’histoire du design notamment grâce à son célèbre logo « I ❤️ NY » mais il réalisa également un grand nombre d’illustrations consacrées à la musique. Il est mort le 26 juin, jour de son 91anniversaire, à New York, la ville où il était né. 

Milton Glaser illustra la musique de Bach à Dylan

Si c’est son logo « I ❤️NY », créé dans les années 1970 à la demande de la ville de New York, qui a fait la réputation de Milton Glaser dans le monde entier, c’est une création dans le secteur musical qui l’a révélé au grand public en 1967 avec la réalisation du poster qui accompagnait une compilation de Bob Dylan. Dès les années 50, le graphiste new-yorkais, acteur essentiel de l’identité visuelle de la culture populaire américaine des années 60/70, avait créé son propre studio de création et, tout au long de sa carrière il multiplia les contributions avec la musique, le jazz, la pop-musique mais surtout la musique classique.

A lire aussi

 

On lui doit notamment plusieurs affiches d’expositions comme celles consacrées en 1980 à son travail et illustrées par un portrait de Beethoven. Des affiches de spectacles telle celle qui montre en 1989 un Bach excentrique en costume 3 pièces, une autre, prémonitoire, en 1983, d’un festival Mozart au Lincoln Center sur laquelle on voit le compositeur autrichien éternuer ou pour la promotion, en 1979, d’une collection d’enregistrements (« Full color sound ») avec une partition de la Symphonie Pastorale très colorée et bucolique.

 

18 ans de collaboration avec le festival de musique de chambre de Cooperstown

Une vache et son violon, c’est le thème que Milton Glaser décida de décliner pendant ses 18 ans de collaboration, de 2002 à 2019, avec le Cooperstown Summer Music Festival. Une manifestation consacrée à la musique de chambre dans une petite bourgade au nord de l’État de New York, dont la 1ère édition fut proposée en 1999 dans le musée de la ferme local, d’où l’inspiration « rurale » du graphiste. Durant deux décennies, sur 18 affiches, la vache et son violon, sont ainsi apparues dans des situations souvent improbables mais toujours de manière poétique et inspirées par les grandes tendances artistiques contemporaines, du figuratif au pop-art en passant par le cubisme.

Philippe Gault

Retrouvez l’actualité du Classique