Mauvaises nouvelles pour le baroque

On a appris la semaine dernière que l’ensemble La Simphonie du Marais, qui se consacre au répertoire français des XVIIe et XVIIIe siècles, mettra fin à ses activités à l’issue de la saison 2019/2020. Le site espagnol Scherzo nous informe que 2 autres grandes formations européennes, spécialisées dans la musique baroque, vont elles aussi jeter l’éponge.

La Simphonie du Marais, une aventure passionnante mais épuisante

En 1987, le flûtiste Hugo Reyne, fervent défenseur du patrimoine musical français de Lully à Rameau, créait la Simphonie du Marais (en référence au quartier parisien du Marais), avant d’implanter en 2004 sa formation en Vendée, département bordé par les marais breton et poitevin. Depuis plus de 30 ans, la Simphonie du Marais a donné plus 1000 représentations dans le monde entier, certaines rassemblant 50 musiciens baroques (chanteurs solistes, chœur et orchestre), et participé à une cinquantaine d’enregistrements discographiques. C’est donc avec tristesse et émotion qu’Hugo Reyne a annoncé la semaine dernière dans un communiqué que la saison 2019/2020 sera la dernière de son ensemble. « Ce sont des années inventives, passionnantes mais aussi épuisantes qui sont derrière moi. Il m’apparaît désormais que je doive cheminer autrement, en poursuivant une carrière en solo, allégé des contraintes que m’imposent une structure administrative. ». Les 3 prochains concerts proposés par la Simphonie auront lieu le 15 novembre à Mazan (84), à Saint-Sulpice-le-Verdon (85) le 24 novembre et, pour un concert de Noël le 15 décembre à Montrevault-sur-Èvre (49). Symboliquement, l’ensemble tirera définitivement le rideau à la fin de l’été 2020, à l’occasion de la 3e édition du Festival Marais Baroque à Paris et du festival Baroque des Sables d’Olonne…en Vendée.

 

A lire aussi

 

 

Subventions en baisse

Si la motivation d’Hugo Reyne est personnelle et liée aux contraintes qu’imposent la direction d’un orchestre, les raisons de l’arrêt d’activité d’autres formations spécialisées dans le baroque en Europe sont plutôt budgétaires. C’est le cas pour l’ensemble suisse Musica Fiorita, fondé en 1991 par la claveciniste sicilienne Daniela Dolci qui donnera un ultime concert début février à Bâle, sa ville de résidence. Réductions des subventions publiques et privées sont également à l’origine  de la décision du chef d’orchestre argentin Oscar Gershensohn, qui a informé ses musiciens par mail de la prochaine cessation d’activité de la Capilla Real De Madrid qu’il a créée en 1992. A ce jour, les derniers concerts programmés de l’ensemble madrilène (Handel-Purcell) auront lieu les 30 novembre et 1er décembre dans la basilique pontificale San-Miguel.

 

Philippe Gault

 

Retrouvez plus d’articles d’actualité