Vidéo: Bohemian Rhapsody par les fans de Queen

Il y a 2 mois, le clip original de la chanson opératique du groupe anglais devenait le 1er, enregistré avant 1990, à dépasser le milliard de vues sur Youtube. Un succès qui a donné l’idée aux responsables de la plateforme et du label de Queen de demander aux fans de créer de nouveaux clips participatifs pour 3 tubes du groupe, dont évidemment « Bohemian Rhapsodie ».

 

10 000 contributions de 120 pays

 

L’opération, intitulée You are the champions, lancée par Queen, YouTube Music, Universal Music et Hollywood Records a entraîné la participation de plus de 10 000 personnes, dont 5491 musiciens, 1822 danseurs et 2773 artistes en arts graphiques, originaires de 120 pays, qui ont envoyé leurs contributions afin de créer trois nouveaux clips pour « Bohemian Rhapsody », « Don’t stop me now » et « A Kind of Magic ». Les 3 vidéos ont été révélées ce jeudi 24 octobre sur la page officielle de Queen sur YouTube.

Pour chacun des clips un thème était imposé. Sur « Don’t Stop Me Now », les participants devaient adapter une danse conçue par Polly Bennett, chorégraphe et coach de Rami Malek , le Freddie Mercury du film Bohemian Rhapsody. Pour “A Kind of Magic”, art visuel et animation étaient privilégiés. En revanche, pour « Bohemian Rhapsody » (créée en 1975), avec ses références lyriques (Montserrat Cabale l’avait reprise en 1997), ses accents fandango et qu’on a dit inspirée du mythe de Faust, il était demandé aux fans de jouer et de chanter la chanson comme ils le souhaitaient.

 

Bohemian Rhapsody classique et original

C’est donc une débauche d’instruments, classiques ou originaux et d’images, des plus sages aux plus folles, véritable inventaire musical et visuel à la Prévert ou à la Boris Vian, que DJ Earworm, le spécialiste californien du mashup (transformation d’un contenu original), a dû mélanger, coller, mixer et harmoniser, pour parvenir à réaliser un clip cohérent et artistique d’une durée de 6mn30. On y voit et entend des musiciens jouant de la batterie, de la guitare, du piano, de la basse mais aussi d’autres à la harpe, au basson, au xylophone et même aux verres d’eau. Des chanteurs quasiment professionnels, d’autres plus… amateurs. Les uns s’enregistrant dans leur cuisine, leur salon ou leur salle de bain tandis que d’autres ont préféré leur jardin, le fond d’une grotte ou la rive d’un étang. Un résultat surprenant, surréaliste, magique qui a beaucoup touché les anciens du groupe comme Brian May, le guitariste virtuose de Queen : « C’est l’une des choses les plus gratifiantes qui puissent arriver à des artistes de voir que leur travail a inspiré des gens du monde entier pour créer leurs propres performances. »

 

Philippe Gault

 

Retrouvez plus d’articles d’actualité