Mais qu’est-ce qui stimule la vente de flûtes aux Etats-Unis ?

La rappeuse américaine Lizzo ne passe pas inaperçue avec son gabarit impressionnant, son énergie contagieuse et son talent de musicienne. Déjà deux fois classée en tête des hit-parades américains, acclamée lors des Bet et MTV Awards. Les vidéos de ses chansons, dans lesquelles elle joue régulièrement  de la flûte, ont été visionnées des millions de fois sur les plateformes vidéo et provoquent une explosion des ventes de l’instrument aux États-Unis.

Une augmentation de 30% des ventes de flûtes grâce à Lizzo

 

265 000, c’est le nombre impressionnant de fans qui suivent le compte Instagram @Sashabefluting, du nom (Sasha) que Melissa Vivianne Jefferson, dite Lizzo, a donné à sa flûte traversière. Un instrument qu’elle a commencé à pratiquer de manière classique (elle a étudié Jean-Baptiste Arban, Francis PoulencClaude Debussy…) dès l’âge de 10 ans et dont elle joue sur certains de ses morceaux hip-hop. Cet engouement ne se limite pas au buzz sur les réseaux sociaux mais se traduit également sur le marché des ventes d’instruments. Ainsi, le Flute Center of New York, plus grand magasin spécialisé en Amérique du Nord, qui vend plus de 2 500 flûtes chaque année, a déclaré à la chaîne FOX Business que les ventes de flûtes pour débutants a augmenté de 30% cette année par rapport à 2018 et qu’il s’attend à ce que ce niveau de ventes se maintienne tant le succès est vif auprès du jeune public. D’autant que les demandes de renseignements sur les cours pour débutants ont elles aussi explosé au cours des derniers mois.  Danielle Sopchak, flutiste classique, qui enseigne à New York l’a constaté : « Beaucoup de demandes mais aussi l’envie, de la part des étudiants, d’aborder les musiques en vogue à côté du programme classique. Même si j’intègre fréquemment du jazz dans mes cours classiques, ça ne leur suffit pas. En ce moment par exemple, un de mes étudiants apprend la mélodie du tube Truth Hurts de Lizzo.  »

 

« Mes copains jouaient au football américains. moi je suis restée avec la flûte et la musique »

« Il y a définitivement un regain d’intérêt pour la flûte. C’est un véritable bouleversement, essentiellement grâce à Lizzo » estime Linda Chesis, directrice du département des instruments à vent de la Manhattan School of Music. Pour elle « C’est est une artiste du 21e siècle à tous les égards; elle ne triche pas. C’est une véritable interprète et un génie à part entière. Elle permet aux jeunes musiciens de savoir qu’ils peuvent s’exprimer par la musique, ne pas rester enfermés ». Pour la chanteuse de 31 ans, jouer de la flûte dans ses chansons n’est pas un coup marketing, une démarche opportuniste, mais plutôt une référence à ses jeunes années au collège et au lycée de Houston lorsqu’elle passait pour une geek solitaire, obsédée par la musique. « Il ne faut pas en avoir honte » explique Lizzo. « À un moment les élèves commencent à décrocher des cours et à suivre d’autres activités extra-scolaires. Beaucoup des types qui étaient avec moi en cinquième année par exemple sont devenus des athlètes. Ils se sont mis au football américain. Moi je suis restée avec la flûte et la musique », Une démarche qui plaît à tous les jeunes flutistes américains, comme en témoigne le hashtag #BringLizzotoNFA que les étudiants de la National Flute Association (NFA), la plus grande association de flûtistes du monde, ont lancé sur les réseaux sociaux pour imiter la chanteuse américaine ou, surtout, lui demander d’honorer de sa présence leur prochaine convention en 2020 à Dallas. Le public français a pu découvrir Lizzo en 2014 aux Transmusicales de Rennes, en mai dernier à l’Alhambra et ses fans parisiens pourront à nouveau l’applaudir le lundi 04 Novembre Salle Pleyel.

 

Philippe Gault

 

Retrouvez plus d’articles d’actualité