L’extension de l’Opéra Bastille contestée

L’achèvement de l’opéra Bastille est un des grands chantiers lancés par Stéphane Lissner, directeur général de l’Opéra de Paris. Les travaux doivent débuter l’an prochain pour une livraison au premier semestre 2023. Sont prévus : une nouvelle salle de 820 places, un hall d’accueil, un restaurant et la construction d’un atelier de 3 500 m2. Mais c’est justement cette extension, dans le prolongement des bâtiments de l’opéra existants, qui risque de poser problème car L’hôpital des Quinze-Vingts redoute de se retrouver « coincé » derrière ces nouveaux bâtiments. Selon le quotidien Le Parisien, ses responsables vont saisir la justice.

L’extension de l’Opéra Bastille : un bâtiment haut de 30 mètres

Dans le projet du cabinet danois Henning Larsen Architects, l’extension de l’Opéra Bastille de 3 500 m2 doit être construite sur un terrain délaissé, appartenant à la Ville de Paris, dans le prolongement des ateliers déjà existants (costumes, fabrication des décors). L’extrémité du nouveau bâtiment doit surplomber la Coulée verte, aménagée au-dessus du Viaduc des Arts. Le problème c’est que l’édifice s’élèvera à près de 30 m de haut… juste devant le bâtiment qui abrite l’espace de consultation et d’hospitalisation du Centre Hospitalier National d’Ophtalmologie (CHNO) des Quinze-Vingts qui risque donc de se retrouver plongé dans la pénombre une bonne partie de la journée. Par ailleurs, la future construction empêchera l’hôpital d’aménager un nouvel accès dans une des rues contigües. Des inconvénients signalés à l’Opéra de Paris dès la présentation du dossier mais pour lesquels l’enquête publique n’a pas donné d’avis défavorable lors de la présentation de ses conclusions en juillet.

Le tribunal administratif va être saisi

Réuni en urgence début octobre, le conseil de surveillance de l’hôpital a voté une motion pour dénoncer : « l’absence totale de concertation avec l’Opéra de Paris, le risque d’enclavement de l’hôpital et les contre-vérités du rapport d’enquête publique ». Le directeur du CNOH a donc été autorisé par son conseil de surveillance à mener « des actions contentieuses afin de faire valoir les droits et les intérêts » de l’établissement face à l’Opéra Bastille. La première pourrait intervenir avant la fin du mois devant le tribunal administratif de Paris où l’hôpital va déposer un recours en annulation contre une délibération votée lors du Conseil de Paris début octobre. L’hôpital conteste uns modification du PLU qui permettrait à l’opéra de construire un bâtiment dont la hauteur dépasserait les plafonds de hauteur autorisés dans le quartier.

Philippe Gault (avec Le Parisien)

 

Retrouvez plus d’articles d’actualité