La délinquance s’étend aux campagnes françaises : le confinement est-il seul en cause ?

Vos journaux s’intéressent ce matin à la délinquance qui s’étend aux campagnes françaises. Recrudescence de la violence en zone rurale c’est le principal enseignement de l’étude par le Figaro des chiffres fournis par le ministère de l’Intérieur pour 2020.

 

Le point de bascule de cette hausse de la violence en zone rurale est l’apparition du mouvement des Gilets Jaunes

Alors que les violences urbaines sont plutôt en baisse, à la campagne, elles sont en hausse de 8 %. Et on atteint des chiffres record dans certains départements : plus de 20 % de hausse en Bretagne, autour de 15 % en Gironde, dans le Calvados ou la Seine-et-Marne. Alors quelle est l’explication ? Pour un préfet du Sud de la France interrogé par le Figaro, dans son département les violences intrafamiliales ont progressé de 30 %, idem pour les outrages, rébellions et refus d’obtempérer. Il y a probablement un effet confinement. Mais avec des conséquences contrastées. Les violences crapuleuses dans le but de commettre un vol ont baissé très fortement : 71 % au mois d’avril dernier, en plein confinement, 51 % lors du deuxième confinement.

 

A lire aussi

 

Les viols ont augmenté de près de 18% en zone rurale en 2020

Inversement, les viols ont augmenté en zone rurale de près de 18 %, les agressions sur détenteurs de l’autorité public également. Enfin les escroqueries ont baissé en zone police et elle ont progressé en zone gendarmerie. Bref, ce qui est observé à la campagne c’est une augmentation de la petite délinquance et des forces de gendarmeries confrontées à une population de plus en plus irascible. Mais le point de bascule de cette tendance, souligne le Figaro, ce n’est pas le confinement qui n’a fait qu’accentuer ces violences, non c’est l’apparition du mouvement des Gilets Jaunes. A partir de 2017, la violence s’installe durable dans nos campagnes.

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique