La belle histoire du piano du conservatoire de Thiers

C’est le quotidien régional La Montagne qui raconte la belle histoire du piano de Liliane, 73 ans, qui a en a fait don au conservatoire de la sous-préfecture du Puy-de-Dôme, afin que des enfants qui n’ont pas les moyens puissent en jouer.

Le rêve d’enfance de Liliane

Enfant, Liliane, issue d’une vieille famille thiernoise, rêvait de jouer du piano mais ses parents n’avaient pas les moyens de lui en offrir un ou de lui payer des leçons. « Ça ne pas m’a pas gênée, je n’étais pas malheureuse, faut pas croire ! », raconte-t-elle au journal en précisant que ses deux parents travaillaient, sa mère était sténo-dactylo et son père enseignant. « Mais nous étions 3 enfants à la maison, c’était après la guerre… ».

Adulte, Liliane quitte le Puy de Dôme pour Belfort où elle exerce en tant que professeure de biotechnologie, sans oublier le piano. « J’ai toujours eu cette envie, dans un coin de moi et quand j’ai commencé à travailler, un des premiers gros achats que j’ai faits fut ce piano. ». C’était dans les années 70 et c’est en Alsace que l’instrument a été acheté. « C’est pour cette raison que le piano comporte une petite plaque qui mentionne  Mulhouse, là où je l’avais repéré ». Liliane s’est aussi offert des cours de musique afin de pouvoir jouer de son piano. Modeste, elle précise : « Je ne suis pas une excellente musicienne mais ça m’a quand même permis de taper un petit peu dessus, pour mon plaisir personnel. »

 

Pour les enfants qui n’ont pas de piano chez eux

Malheureusement arriva le moment où elle voulut se séparer de cet instrument trop volumineux, elle a donc pensé à l’école de musique de sa ville natale. Le piano droit est désormais installé au conservatoire Georges-Guillot de Thiers. dans une salle accessible à tous, mais il servira en priorité aux élèves qui n’ont pas de piano chez eux. « C’est un bon petit piano d’études, qui facilitera leur travail, c’est un beau cadeau. » a déclaré à La Montagne Claudette Friess, la directrice du conservatoire.

Liliane, dont on ne connait pas le nom de famille, tient à rester discrète et précise qu’elle elle n’a pas fait ce don pour attirer la lumière sur elle mais pour permettre à d’autres de réaliser leur rêve. « Si ce piano peut éveiller des enfants à la musique, moi ça me fait plaisir. C’est très important pour un enfant d’apprendre la musique. Déjà, pendant ce temps-là, il ne fait pas autre chose ! Ensuite, l’éducation est longue, au début c’est un peu embêtant, mais après on en tire tellement de satisfaction.»

 

Philippe Gault  

 

Retrouvez plus d’articles d’actualité