Jean-Pierre Pernaut quitte le 13h de TF1, c’est la fin d’une époque

A la tête du journal de 13h de TF1 depuis 1988, Pernaut s’en va bien avant qu’on ne lui montre la porte. Clap de fin le 18 décembre. « Sacré Jean-Pierre » titre le Parisien-Aujourd’hui en France. « C’est plus l’heure du Pernaut » s’amuse encore Libération. « Pourquoi je pars », c’est l’interview exclusive du Figaro.

 

Jean-Pierre Pernaut réunit 5 millions de téléspectateurs en moyenne

« Le 13h de TF1 c’est une recette éprouvé, 32 ans après le départ d’Yves Mourousi » raconte le Parisien : une recette faite de simplicité et de proximité. Ce sont aussi des scores d’audience deux fois supérieurs à ceux de France2, 5 millions de téléspectateurs en moyenne, 40 % de part de marché. Mais Pernaut s’en va. Explication au Figaro : il y a eu son cancer de la prostate il y a deux ans, l’âge, 70 ans même s’il a la forme, et la raison, tout simplement.

A lire aussi

 

Le Parisien pointe aussi ces derniers temps des signes de lassitude, des sautes d’humeur et ce constat, après les bons scores de Jacques Legros durant l’été : personne n’est irremplaçable. Pour les Echos, TF1 doit négocier le virage historique de ce retrait de l’antenne qui sera progressif. Mais surtout le journal Les Echos cite Houellebecq au sujet de ce qu’incarne Jean-Pierre Pernaut. L’écrivain disait ceci en 2010 : « Jean-Pierre Pernaut, c’est l’avenir économique de la France, la réutilisation commerciale et touristique des territoires français ».

 

Michel Houellebecq avait même fait de Jean-Pierre Pernaut un personnage de roman

Dans un de ses livres, une scène à lieu chez le présentateur du 13h, chez Pernaut lui-même un jour de Nouvel an. C’est dans la Carte et le territoire, ce qui avait fait la fierté de Pernaut. Et puisqu’on parle de la carte et du territoire, il faut parler de la 5G. La 5G c’est un peu comme Jean-Pierre Pernaut mais en plus moderne. Ça va couvrir une large partie du territoire, ça va servir à informer, à communiquer et relier les territoires entres eux. Eh bien la 5G c’est l’autre grand moyen de communication qui fait la une ce matin. « Macron lance la 5G malgré l’opposition des écologistes », c’est la Une du Figaro. « 5 G Macron veut clore le débat » c’est celle du journal les Echos. Pour la Tribune « Macron ouvre et ferme le débat sur la 5G ». Quant à la Dépêche du Midi, elle établit un parallèle entre cette fameuse 5 G et le compteur Linky, c’est le même combat, la même défiance de la part d’une partie des écolos et surtout de la part des complotistes.

A lire aussi

 

Face à la fronde, pas question pour le pays d’adopter le modèle Amish du nom de cette communauté américaine qui refuse le progrès, c’est ainsi qu’Emmanuel Macron a parlé lundi devant les acteurs de la french tech, rappelle l’Opinion. La saillie, écrit Rémi Godeau, vise les écologistes. Et l’éditorialiste pointe un gouvernement qui s’inquiète de la provincialisation du débat national. Autrement dit, une certaine France des territoires se cabrerait devant le progrès. Alors Macron joue le positionnement anti-bobo ! C’est l’analyse de Cécile Cornudet dans les Echos.

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique