Islamisme radical : Le Sénat a produit 12 rapports pour tirer la sonnette d’alarme, s’agace Gérard Larcher

Gérard Larcher, le président du Sénat était l’invité de la matinale de Guillaume Durand ce mercredi 21 octobre. Il a appelé Emmanuel Macron à engager « enfin » des mesures contre l’islamisme radical, expliquant que la Chambre Haute a produit 12 rapports parlementaires « pour tirer la sonnette d’alarme ». Citant celui de Jacqueline Eustache-Brinio publié pendant l’été, il a souligné que 147 mosquées dépendant des Frères musulmans avaient été répertoriées.

 

Gérard Larcher accuse l’islam politique de vouloir « détruire les valeurs de la République »

« Emmanuel Macron doit engager enfin les mesures contre l’islamisme radical » a d’emblée déclaré Gérard Larcher, pointant la présence de l’Islam politique à l’école, dans les milieux associatifs, dans les lieux de prière. Un islam politique qui a « la volonté de détruire les valeurs de la République », a souligné le président de la Chambre Haute, expliquant que le Sénat a produit « 12 rapports parlementaires pour tirer la sonnette d’alarme ». Selon lui, le rapport récent de la sénatrice du Val d’Oise Jacqueline Eustache-Brinio répertorie 147 mosquées et 18 écoles dépendant des Frères musulmans, un mouvement qui rejette le modèle culturel européen. « En 3 ans, nous avons fermé 15 mosquées et 4 écoles », a-t-il résumé.

A lire aussi

 

Gérard Larcher estime que « le temps est à l’action » et assure qu’à « chaque fois qu’il y aura une action déterminée », le Sénat la soutiendra. Il rappelle qu’il y a eu un vif débat en 2019 autour de la loi pour une école de la confiance, alors que les sénateurs avaient exprimé de fortes inquiétudes : « Nous avons dit qu’il fallait être très attentifs aux parents qui refusent un certain nombre d’enseignements, sur la Shoah, la laïcité, le genre, le darwinisme. On nous a dit +pas de vague + ». Il revient également sur le tollé provoqué par le vote du Sénat contre le port de signes religieux lors des sorties scolaires : « Le temps est venu d’être vigilant, et au-delà de la vigilance, d’agir », estimant que les rassemblements ne suffisent pas. Gérard Larcher reproche à Emmanuel Macron « ne pas avoir pris à bras-le-corps un problème qui menace la République », du moins jusqu’à son discours des Mureaux, le 2 octobre.

 

Aristide Briand disait que « La loi doit protéger la foi tant que la foi n’entend pas dicter la loi »

Faut-il en réaction à l’attentat visant Samuel Paty publier massivement les caricatures de Mahomet ? Sans répondre directement à la question de Guillaume Durand, Gérard Larcher rejette « tout accommodement », et cite Aristide Briand, à propos de la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat : « La loi doit protéger la foi tant que la foi n’entend pas dicter la loi ». Il plaide pour la liberté de penser, de caricaturer, de croire ou ne pas croire dans le respect des valeurs communes.

Béatrice Mouedine

 

 

Retrouvez les interviews politiques