Internet : Les drôles d’histoires musicales d’Itzhak Perlman pour garder le moral

Quand de grands musiciens mettent en ligne de délicieux et touchants mini-récitals en solidarité avec tous ceux qui sont affectés par la pandémie de coronavirus, le violoniste Itzhak Perlman distille sur les réseaux sociaux de petites anecdotes musicales.

 

Itzak Perlman veut partager des histoires amusantes avec les internautes

Confiné dans sa maison d’East Hampton sur Long Island près de New York, Itzhak Perlman, dont la générosité et l’empathie sont légendaires, a décidé de raconter en vidéo, tous les 3 ou 4 jours depuis le début de la crise liée à la pandémie de coronavirus, de petites histoires sur la musique, toutes ponctuées de quelques notes de violon. Le violoniste israélien qui précise : « Nous vivons des heures difficiles. Alors je me suis dit qu’il serait bon que je partage avec vous de petites histoires amusantes pour essayer d’oublier pendant quelques secondes ce qui se passe en ce moment ».

À lire aussi

 

Les débuts, à 16 ans, de Jascha Heifetz à New York

Dans la 1ère vidéo, mise en ligne le 23 mars, Itzhak Perlman raconte une savoureuse anecdote sur les débuts du grand violoniste lituanien Jascha Heifetz sur la scène du Carnegie Hall de New York en 1917, alors qu’il n’avait que… 16 ans. À la fin de la vidéo, Perlman nous offre, au violon, quelques notes du Tambourin chinois du compositeur et violoniste Fritz Kreisle, un des protagonistes de l’histoire.

 

 

Des conseils d’Itzhak Perlman pour un débutant très précoce

La 2histoire que raconte le violoniste israélien, le 26 mars, est une aventure vécue, lorsqu’à l’issue d’un concert en Europe, une dame est venue lui demander conseil pour son fils qu’elle souhaitait voir s’initier au violon à un âge très… précoce. Une anecdote ponctuée d’un extrait du concerto en fa mineur op 8 (L’hiver) d’Antonio Vivaldi.

 

 

Qui a inspiré les 4 notes de la 5Symphonie de Beethoven ?

Dans la 3e vidéo, diffusée le 31 mars, Itzhak Perlman célèbre à sa manière le 250anniversaire de la naissance de Ludwig van Beethoven. Il prévient que l’anecdote, légendaire, dont il est question est certainement connue de tout le monde mais que personne ne l’a entendu racontée par lui. Il s’agit d’un épisode cocasse de la vie du grand compositeur lorsqu’il vivait chichement à Vienne où sa logeuse lui aurait inspiré les fameuses 4 notes d’ouverture (sol-sol-sol-mi bémol) de la 5Symphonie. L’occasion pour Itzhak Perlman d’interpréter avec brio un extrait du final du Concerto pour violon en ré majeur de Beethoven.

 


 

Philippe Gault