In utero, les bébés préfèrent la musique classique !

Une étude récente de l’institut espagnol Marques révèle que les fœtus sont tout particulièrement sensibles à la musique classique, qu’ils préfèrent à tous les autres genres musicaux.
Leurs compositeurs-chouchous : Mozart, Bach et Prokofiev.

 

La Petite Musique de Nuit de Mozart stimule 9 fœtus sur 10

84% des fœtus ont réagi à l’écoute de morceaux de musique classique, contre 79% aux chants traditionnels, et 59% au pop-rock, les trois genres musicaux étudiés par l’institut Marques de Barcelone.

L’étude s’appuie sur les stimulations du bébé in utero, via les mouvements de leurs lèvres et de leur langue.

Certaines pièces ont davantage fait réagir les bébés in utero : 91% ont été sensibles à La Petite Musique de Nuit, de Wolfgang Amadeus Mozart, 88% à Pierre et le Loup de Serguei Prokofiev, et 87% à la sonate BWV 1030 de Jean-Sébastien Bach.

 

A lire également

 

 

Bohemian Rhapsody : seule exception

Au-delà de la musique classique, d’autres morceaux ont été particulièrement stimulants pour les fœtus : un chant traditionnel espagnol de Noël a provoqué des mouvements de langues chez 91% des bébés in utero, et 84% ont réagi à une chanson issue de la culture ancestrale japonaise.

En ce qui concerne la pop, 60% des fœtus ont eu des mouvements à l’écoute de la chanteuse britannique Adele (Someone like you), et 10% ont « dansé » sur Y.M.C.A  des Village people.

Seule exception : Bohemian Rapsody, du groupe Queen, a stimulé 90% des fœtus étudiés, presque autant que Mozart.

 

A lire également

 

 

La musique stimule les parties du cerveau liées au langage

Présentée mi-octobre à l’occasion d’un congrès de gynécologues et d’obstétriciens à Berlin, l’étude souligne que la musique peut stimuler les neurones des fœtus, et notamment les parties du cerveau liées au langage et à la communication.

Les chercheurs de l’institut Marques ont déjà étudié les effets de la musique classique sur les embryons issus de Fécondation In Vitro. Elle accroît leur chance de survie de plus de 5%, expliquent-ils.

 

 

A lire également

 

 

Béatrice Mouedine

 

Retrouvez plus d’articles d’actualité