Fête du travail : un 1er mai « abîmé » a estimé Ségolène Royal, ambassadrice des pôles.

Ségolène Royal, ambassadrice des pôles et ancienne ministre de l’Ecologie, était l’invitée politique ce jeudi 02 mai, à 8h15. Elle estime que les revendications du mouvement initial des gilets jaunes sont légitimes malgré un 1er mai « abîmé »

 

Un 1er mai « abîmé »

« C’est une image abîmée du 1er mai parce qu’en arriver là c’est perdre le sens de ce que cette date signifie dans l’histoire de France et du monde » a déclaré Ségolène Royal en réaction aux débordements lors des manifestations. L’ancienne ministre a rappelé que nous « étions tous les héritiers du 1er mai » qui est « une histoire de combats et de sacrifices ». Elle estime néanmoins que « ceux qui continuent à être dans la rue ne sont pas les gilets jaunes du début qui se sont fait voler les bien-fondés de leur mobilisation ». Elle précise que les revendications du mouvement initial sont encore légitimes et qu’il ne faut pas céder à une « simplification abusive ». Elle espère par ailleurs que le gouvernement va apporter des « solutions rapides ».

Pouvoir d’achat : revoir notre vision de l’indice des prix

« Il faut des mécanismes de maîtrise des prix : quand les prix augmentent, on devrait pouvoir baisser les prélèvement fiscaux  » a expliqué Ségolène Royal. Elle propose « un nouveau calcul et une nouvelle vision de l’indice des prix ». Elle considère qu’il faut mettre en place « un dispositif plus démocratique » qui consiste à « associer les citoyens à la définition de leur vie quotidienne dans un contexte de hausse des prix ».

 

 

Européennes : Parler d’Europe dans la dernière ligne droite

« Il faut qu’on parle d’Europe dans cette dernière ligne droite. C’est une dimension qui peut nous permettre d’avoir un sursaut et de peser à l’échelle planétaire : c’est une chance d’avoir un continent européen » a expliqué Ségolène Royal. L’ambassadrice des pôles a insisté sur la nécessité de ne pas laisser « se déliter » ce continent et qu’il fallait « en tirer toutes les opportunités ». Elle regrette que la gauche et les écologistes ne se soient pas rassemblés pour proposer une seule et même liste : « Si les mouvements anti-européens et nationalistes l’emportent, les candidats de gauche et les écologistes, qui n’ont pas eu la modestie et l’intelligence de se mettre ensemble, porteront une grave part de responsabilité ».

 

Retrouvez la vidéo intégrale de l’entretien de Ségolène Royal :

 

Arthur Barbaresi

 

 

Plus d’article de l’invité politique de Guillaume Durand :