« Etude pour Piano et lingettes » : Jeff DePaoli met en vente sa partition pour Musiciens sans frontières

Plutôt que subir la pandémie et ses pénibles conséquences, des musiciens ont préféré s’en inspirer, avec humour, pour résister et par solidarité. Jeff DePaoli, un pianiste américain qui avait créé un morceau pour piano et lingettes désinfectantes, a mis en vente sa partition au profit de Musiciens sans frontières.

 

Jeff DePaoli a réalisé des arrangements pour les Beach Boys

Jeff DePaoli, pianiste professionnel du Nevada, était surtout connu pour son travail avec le Reno Philharmonic Orchestra, le Reno Chamber Orchestra, ses prestations à Broadway pour des comédies musicales telles que Chicago, Hairspray ou Mamma Mia et les arrangements qu’il a réalisés, notamment pour les Beach Boys. Depuis le mois de mars c’est une de ses compositions d’un tout autre genre qui l’a fait connaître sur les réseaux sociaux.

A lire aussi

 

Ce morceau, intitulé « Étude coronavirus pour piano et lingettes désinfectantes », Jeff DePaoli dit l’avoir composé et mis en ligne parce qu’il avait vu beaucoup de vidéos réalisées par des musiciens mais souvent sans humour et également pour sensibiliser les pianistes aux bonnes pratiques pour jouer sans risque sur un clavier désinfecté. La vidéo postée sur YouTube a immédiatement connu un grand succès au plus grand étonnement du musicien qui a déclaré « Au départ, c’était juste censé être une plaisanterie, un peu stupide, pour faire rire les copains. Je n’arrive pas à croire que tant de personnes ont partagé la partition. Quelqu’un l’a même programmée en récital ! ».

 

La partition du morceau vendue au profit de Musiciens Sans Frontières

Le succès de la vidéo ne s’est pas démenti depuis 7 mois, au point que Jeff DePaoli a décidé récemment de mettre en vente la partition de son étude sur le site Sheetmusicplus au prix de 1,99 $ (soit 1,69 €) et de reverser 100% des bénéfices de cette vente au profit de l’association Musiciens Sans frontières. Une partition elle-même empreinte de l’humour du pianiste puisqu’y sont précisées les indications de nuances comme « col Purello » (en référence au désinfectant américain Purell), « Cloroxissimo » et enfin « senza infezione » et « secco » à la fin de l’interprétation, lorsque le clavier est bien désinfecté et sec .

Philippe Gault

Retrouvez l’actualité du Classique