EssilorLuxottica : le ton monte avec les opticiens après l’annonce du rachat de Grand Optical et de la Générale d’Optique.

Les craintes des opticiens sont renforcées après l’annonce du rachat du groupe propriétaire de Grand Optical et Générale d’Optique par le groupe EssilorLuxottica.

Le ton monte entre les opticiens et le groupe EssilorLuxottica ?

Pendant longtemps tout allait bien entre les 12.000 opticiens français et le roi des montures l’italien Luxottica et Essilor, le champion français des verres correcteurs. Mais depuis cet été, le torchon brûle entre les distributeurs et les fournisseurs. Le cœur du problème c’est qu’Essilor et Luxottica ont commencé par fusionner. Déjà ça, ça a inquiété certains opticiens qui se sont dits que ce nouveau tandem allait être trop fort. Ils avaient déjà du mal à se passer d’Essilor et de Luxottica, des verres Varilux du premier comme des montures Ray-Ban du second. Mais les deux fusionnés, c’est un géant incontournable. Il y avait déjà un feu qui couvait et le tandem franco-italien a carrément jeté de l’huile sur le feu cet été en annonçant qu’il allait en plus racheter le groupe propriétaire de Grand Optical et Générale d’Optique.

 

En quoi cela inquiète les autres opticiens ?

Ce qui les inquiète c’est que leur fournisseur qu’ils trouvaient déjà trop puissant va devenir leur concurrent. En rachetant les réseaux Grand Optical Générale d’Optique, EssilorLuxottica va détenir presque 900 magasins en France. Il contrôlera autour de 10% du marché. C’est autant que des Optic2000, Krys ou Afflelou. Ce concurrent existait déjà mais il n’était pas adossé à un fournisseur qui pourrait favoriser la distribution qu’il contrôle en lui proposant des meilleurs prix ou des exclusivités. C’est en tous les cas ce que redoutent les opticiens.

Est-ce que leurs craintes sont justifiées ?

En affaires, il vaut mieux être prudent que naïf. Ils ont raison de se méfier mais deux remarques. La première c’est qu’EssilorLuxottica est aussi un gros propriétaire de magasin aux Etats-Unis par exemple, et ça n’a pas tué les autres chaînes. L’autre point, c’est que les industriels veulent contrôler une partie de la distribution pour sentir le marché, pour éduquer les consommateurs. Mais ils n’ont pas envie de se facher avec tous leurs clients pour autant. Ils vont contrôler 10% de la distribution. Les 90% qui restent sont plus important. Et puis les distributeurs comme les industriels ont en fait un problème commun c’est que le marché de l’optique en France va baisser parce que la Sécurité Sociale va moins rembourser les montures et les verres. Et ça c’est un problème pour tous les acteurs de ce métier.

 

Plus d’articles sur le décryptage économique de David Barroux