Pourquoi le groupe Barrière ouvre ce soir une salle de jeu sur les Champs-Elysées ?

Pourquoi le groupe Barrière ouvre ce soir une salle de jeu sur les Champs-Elysées ?

Pendant longtemps on a refusé d’avoir des casinos et des salles de jeux à Paris. C’était à la fois pour de bonnes et de mauvaises raisons. La bonne c’est que même si il ne faut pas croire le cliché qui laisse parfois penser que dans ce milieu où il y a beaucoup de cash qui circule, il y a toujours derrière l’ombre de la mafia ou du crime. Et la mauvaise raison c’est que les pouvoirs publics ont du mal à traiter les Français comme des adultes. Les autorités ont peur qu’on sombre tous dans l’addiction au jeu et donc on a essayé d’éloigner la tentation en repoussant hors des grandes villes les casinos. Mais les temps ont changé. La porte s’est entrouverte pour les salles de jeux à Paris et du coup le groupe Barrière en profite.

Qu’est-ce qui a changé sur le plan légal ?

On est depuis 2016 dans une phase d’expérimentation. La préfecture de Police veille au grain mais ne ferme plus systématiquement la porte. Les vieux cercle qui sentaient un peu le soufre ont tous été fermés. Mais depuis on a réautorisé l’ouverture de cinq salles qui sont adossées à des groupes qui ont pignon sur rue. On fait confiance à des industriels du jeu. Mais la porte n’est qu’entre-ouverte. Les salles qui ouvrent ne sont pas des casinos. Il n’y a pas les jeux les plus populaires comme les machines à sous, la roulette ou le black-jack. On peut essentiellement jouer à une forme de Baccara et au poker. Soit contre la banque, soit lors d’un tournoi face à d’autres joueurs.

 

Réécoutez la chronique « Le décryptage de l’économie » de David Barroux

Est-ce que cela peut s’avérer rentable pour un groupe comme Barrière ?

C’est tellement encadré que ce n’est pas sûr que ce soit très rentable. La machine à sous et la roulette c’est plus efficace. Soit parce qu’il n’y a pas de croupier, soit parce qu’on peut être très nombreux à parier en même temps. Mais pour le groupe Barrière, on parle d’un petit investissement. Ils ont investi 5 millions d’euros et ils ont réussi à s’installer juste en face du Fouquet’s, leur restaurant et hôtel parisien. Ils sont sur les Champs, une adresse de prestige et ils peuvent dégager des synergies. L’important pour eux c’est en particulier de séduire les plus gros joueurs, les baleines. Eux iront sans doute aussi à leur casino d’Enghien mais s’ils font un stop à Paris, ils pourront aller chez Barrière et pas chez un concurrent. C’est pour l’instant une offre de complément et c’est une manière de mettre un pied à Paris et de se tenir prêt pour le jour ou on aura peut être comme dans plein de grandes villes étrangères, de vrais casino.

 

Plus d’articles sur le décryptage économique de David Barroux