Jack Ma, le patron et fondateur d’Alibaba vient de prendre sa retraite…

Jack Ma, le patron et fondateur d’Alibaba vient de prendre sa retraite…

Il n’a que 55 ans mais hier soir, Jack Ma a pris sa retraite. Et en Chine ce départ e est un événement considérable. D’abord parce que Jack c’est l’homme le plus riche du pays. C’est le 21ème milliardaire à l’échelle de la planète. C’est le fondateur d’Alibaba, le numéro un mondial du e-commerce. Un groupe plus gros qu’Amazon. Et pour les Chinois, le succès de Jack Ma est la source d’une incroyable fierté. Ça prouve que eux aussi peuvent avoir des self made men. Et dans un pays communiste dominé par des entreprises d’état publiques, ça prouve qu’il y a aussi de la place pour des entrepreneurs.

 

 

Pourquoi Jack Ma prend sa retraite si jeune ?

Jack Ma c’est un patron charismatique et atypique. S’il a réussi c’est parce qu’il déborde d’énergie. Parce qu’il a plein d’idées et beaucoup d’ambition. Au départ, son seul atout c’était d’être prof d’anglais. Ca lui a donné dans les années 90 une ouverture sur le monde et il a été l’un des premiers chinois à sentir le potentiel d’Internet. Mais il dit que sa vraie passion, ce n’est pas de faire du commerce, c’est d’enseigner et de transmettre. Au fond, il a gardé l’âme d’un prof et aujourd’hui son modèle c’est Bill Gates qui a lâché jeune les commandes de Microsoft et qui depuis investit son temps et son argent dans des œuvres philanthropiques.

Est-ce qu’Alibaba va supporter le choc de son départ ?

Oui. Déjà parce qu’il avait déjà lâché les commandes opérationnelles au quotidien il y a plusieurs années. Ensuite parce qu’il a choisi un successeur en interne qui connaît par cœur ce groupe. Enfin parce qu’Alibaba est devenu en 20 ans un groupe d’une puissance colossale. Ils contrôlent les deux tiers du e-commerce dans le pays qui a le plus basculé dans la vente par Internet. Ils ont 674 millions de clients actifs en Chine. Et ils ont plein d’activités dans les paiements électroniques, la distribution physique ou d’autres services. C’est un groupe diversifié qui commence à peine son internationalisation qui est un vrai réservoir de croissance. Et puis enfin, Jack s’en va mais il ne va pas disparaître. Hier pour sa soirée d’adieu il avait réservé un stade de foot de 80.000 places. S’il y a un souci, il a encore quelques contacts chez Alibaba.

Plus d’articles sur le décryptage économique de David Barroux