Donald Trump a intégré depuis des mois que Joe Biden pourrait être élu, assure Hubert Védrine

Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères était l’invité de la matinale de Guillaume Durand ce jeudi 17 septembre. Commentant la présidentielle américaine, il affirme que Donald Trump et ses conseillers envisagent une courte victoire de Joe Biden, se préparant à « délégitimer le vote par correspondance ».

 

Coronavirus : « On va finir par vivre avec », estime Hubert Védrine

Hubert Védrine, auteur de Et après ? (éd. Fayard), écrit pendant le confinement, constate désormais des progrès en matière de prise en charge des patients atteints par le coronavirus. Une spirale positive qu’il décrit ainsi : « Il y a de plus en plus de gens testés positifs, de moins en moins de formes graves, de moins en moins d’hospitalisations, et les personnes hospitalisées sont mieux traitées tout de suite », ajoutant qu’il y a « de moins en moins de patients admis en réanimation et le taux de létalité continue à baisser ».

A lire aussi

 

Hubert Védrine estime qu’en France et partout dans le monde « on va finir par vivre avec » ce virus, plaidant pour « vivre le moins imprudemment possible, le plus rationnellement possible ». Il constate toutefois un paradoxe dans l’attitude des gouvernements, qui selon lui « sont en train de gérer la réaction initiale, pour donner le sentiment qu’il n’y a ni retard, ni sous-estimation, et peut-être qu’ils en rajoutent ».

 

Les conseillers de Donald Trump se préparent à attaquer la légitimité du vote par correspondance

L’ancien chef du Quai d’Orsay a aussi réagi à l’élection présidentielle du 3 novembre, pointant 3 hypothèses à l’issue du duel Trump/Biden. La première : Donald Trump est clairement réélu, « les Démocrates seront assommés mais ils accepteront ». Deuxième hypothèse, Joe Biden est clairement élu.

A lire aussi

 

La Troisième, celle qui est privilégiée en ce moment, juge Hubert Védrine, une victoire courte de Joe Biden, contesté par Donald Trump. L’ex ministre précise que « les conseillers de Trump sont déjà dans cette hypothèse, Trump lui-même a intégré depuis des mois que Biden pourrait être en tête. Il envisage d’attaquer le vote par correspondance pour le délégitimer ». Soulignant que plus de 30 à 35% des Américains votent par correspondance, il estime qu’on n’aura peut être pas les résultats de l’élections le 3 novembre, et que cela pourrait durer des semaines et être « pire que la contestation entre George W Bush et Al Gore » en 2000.

Béatrice Mouedine

 

Retrouvez les interviews politiques