Covid-19 : « De plus en plus de certitudes que la pandémie a été causée par des atteintes à la biodiversité » selon Barbara Pompili

Barbara Pompili était l’invitée de la matinale de Guillaume Durand ce jeudi 21 janvier. La ministre de la Transition écologique s’est exprimée sur le référendum pour l’environnement, qu’elle espère « d’ici la fin de l’année » si les deux assemblées « votent le texte dans les mêmes termes ». Elle a également alerté sur les origines de l’épidémie de Covid-19 « dont on a de plus en plus de certitudes qu’elle vient d’atteintes à la biodiversité ».

Référendum pour le climat : « Inscrire la protection de l’environnement à l’acte 1er de la constitution est un symbole très fort »

La ministre de la Transition écologique confirme la mise à l’agenda du référendum pour inscrire la défense du climat dans la constitution, « c’est une très belle occasion de mobiliser la population pour dire oui à l’écologie ». Barbara Pompili ajoute que classer « la protection de la biodiversité à l’article 1er de la constitution, c’est à dire dans notre socle de valeurs fondamentales est un symbole très important dans un moment charnière ». L’ancienne députée ajoute cependant « respecter le travail des parlementaires » et précise que ce référendum ne se fera « qu’à partir du moment où il aura été voté dans les mêmes termes par l’Assemblée Nationale et le Sénat ».

A lire aussi

Ces débats autour des termes existent au Sénat, entre l’inscription à la constitution que l’état « garantit » ou que l’état « favorise » la protection de l’environnement. Barbara Pompili souhaitant mettre fin à ces discussions rappelle que « le terme qui a été inscrit en conseil des ministres et qui a été porté par les membres de la convention citoyenne pour le climat est garanti ». La ministre de la Transition écologique est également consciente des risques qui existent autour d’un référendum, notamment de « transformer ce vote en plébiscite pour ou contre le Président de la République », mais reste confiante de la capacité des Français à avoir conscience de l’importance d’une tel sujet, « qui concerne l’avenir de nos enfants ».

 

Barbara Pompili : « on doit arrêter de faire n’importe quoi avec la biodiversité pour éviter de se retrouver avec des pandémies qui se succèdent »

Barbara Pompili affirme avoir « de plus en plus de certitudes que des atteintes à la biodiversité provoquent l’arrivée des zoonoses et donc des pandémies ». Elle précise « qu’en continuant la déforestation et le trafic d’espèces, on fait entrer en contact des milieux qui ne le sont pas d’habitude. C’est à ce moment là que les pandémies apparaissent ». Ainsi, « on doit anticiper et arrêter de faire n’importe quoi avec la biodiversité pour éviter de se retrouver avec des pandémies qui se succèdent ». La ministre de la Transition écologique estime que le but de son travail est de faire avancer les choses dans ce sens, notamment « par le lancement au One Planet Summit d’un programme pour avoir tout autour de la planète des scientifiques prêts à agir ».

A lire aussi

 

Barbara Pompili se réjouit également de l’élection de Joe Biden, dont l’arrivée à la Maison Blanche signifie que les Etats-Unis reviennent dans les Accords de Paris : « c’est un excellent début d’année ». Il y a dans son ministère et chez la nouvelle administration Biden « une vraie volonté de rattraper le temps perdu » sur la question climatique.

Rémi Monti

 

 

Retrouvez les interviews politiques