Investiture de Joe Biden : « Sa priorité est de contenir la Chine » d’après Hubert Védrine

Hubert Védrine était l’invité politique de la matinale de Guillaume Durand ce mercredi 20 janvier. L’ancien ministre des Affaires étrangères a évoqué le changement d’attitude diplomatique de Trump à Biden et les conséquences pour la France et l’Europe.

Hubert Védrine : « Joe Biden est l’incarnation du professionnalisme »

En ce jour d’investiture, Hubert Védrine énumère les défis qui vont se présenter au président Biden : « réussir à avoir tout les Démocrates derrière lui, se mettre d’accord avec son aile gauche dont Bernie Sanders et Elizabeth Warren sur les questions fiscales afin de neutraliser les gauchistes qui peuvent devenir frondeurs et pourrir son mandat, réussir à rallier quelques Républicains au sénat pour passer des accords bipartisans ». L’ancien ministre des Affaires étrangères s’interroge sur les affaires politiques internes américaines pour analyser « les conséquences pour nous, Européens » et se pose une question : « devant quelle situation serons-nous ? »

A lire aussi

Hubert Védrine établit une distinction claire entre la diplomatie selon Trump et celle selon Biden. Si le premier était « effrayant, violent et repoussant à certains moments, il n’était paradoxalement pas gênant pour l’affirmation des Européens sur la scène internationale », le second, souhaitant le retour du leadership américain, est « l’incarnation du professionnalisme », ce qui change tout « en matière de ton, de style, de comportement ». Ainsi, l’ancien ministre des Affaires étrangères souligne à plusieurs reprises l’importance capitale de renouer le contact « avec la nouvelle Amérique, un partenaire redevenu normal » sur la base de positions européennes résultantes des accords d’un noyau européen sur de nombreux points-clés. Hubert Védrine affirme que la France « a des cartes en main » entre « une Allemagne en transition » et une Amérique « dont la priorité est de contenir la Chine ».

 

« Si les Etats-Unis retournent dans les institutions internationales c’est pour exercer leur leadership » affirme Hubert Védrine

Hubert Védrine l’affirme : « la priorité absolue de Biden est de contenir la Chine ». C’est d’ailleurs selon lui dans ce sens que le Président élu convoque un sommet mondial sur la démocratie, afin de « rassembler les Européens derrière l’Amérique et contre la Chine ». L’ancien ministre des Affaires etrangères salue la récente position de la diplomatie française de soutien d’un accord commercial entre l’Union Européenne (décision sous impulsion Allemande) et la Chine afin d’envoyer le signal « que nous avons nos propres positions et que nous n’allons pas nous laisser enrégimenter « . Hubert Védrine commente également une étude du Conseil Européen des Relations Internationales qui montre « qu’une majorité d’Européens se déclarent neutres en cas de conflit entre les Etats-Unis et la Russie ou entre les Etats-Unis et la Chine ». Il s’inquiète que « la relation construite depuis l’après-guerre et la grande époque de Truman est très fragilisée par le mandat de Trump ». Hubert Védrine qualifie cette position de « neutralisme sidérant » et s’inquiète de l’étiolement de « décennies d’alliance Atlantique » qui est selon lui « l’alliance la plus forte et la plus réussie de l’Histoire ».

A lire aussi

 

Hubert Védrine rappelle également la nature des Etats-Unis : « c’est un empire ». Si l’administration Démocrate « revient dans les institutions internationales, décision dont les +gentils+ Européens se réjouissent, c’est avant tout pour exercer leur leadership » d’après l’ancien ministre des affaires étrangères. Ainsi, interrogé par Guillaume Durand sur l’éventualité d’une guerre entre des Etats-Unis souhaitant renouer avec leur position dominante et un nationalisme Chinois assumé, Hubert Védrine « n’exclut pas un incident militaire à propos de la libre circulation dans les détroits entre la Chine et Taïwan ».

Rémi Monti

 

 

Retrouvez les interviews politiques