Covid-19 : « Sans contrôle de l’épidémie on sera obligés de reconfiner, c’est évident » selon Eric Caumes

Eric Caumes était l’invité politique de la matinale de Guillaume Durand ce lundi 18 janvier. Le chef des maladies infectieuses de l’Hôpital de La Pitié-Salpêtrière a livré son analyse de l’origine de l’épidémie de Covid en France, amenée selon lui par des touristes chinois venu visiter Colmar, et a évoqué la mise en place de la stratégie vaccinale ainsi que le problème de l’approvisionnement du vaccin par Pfizer.

Eric Caumes sur la gestion de la crise du Covid-19 par le gouvernement : « Il y a un problème de leadership »

Eric Caumes livre une analyse sur le début de l’épidémie en France et relaie une étude effectuée par un radiologue de l’hôpital de Mulhouse qui explique que « ce sont des touristes chinois et non le rassemblement évangéliste tenu dans cette ville qui serait à l’origine de l’épidémie de Covid-19 ». En effet, plus d’une centaine de Chinois originaires de Wuhan venaient chaque semaine « se faire prendre en photo devant la façade d’un restaurant à Colmar où a été tournée une émission de télé-réalité ». Eric Caumes estime que « c’est certainement par eux que le virus s’est propagé« . Toujours au sujet de l’analyse du point de départ du Covid-19, mais cette fois-ci son origine chinoise, Le Professeur de médecine affirme être « très importante » l’enquête de l’OMS, qui envoie des scientifiques en Chine à la recherche de l’animal intermédiaire ayant été le transmetteur du virus. Eric Caumes se dit confiant du désir et de l’intérêt des Chinois à trouver cet animal, et donc de leur capacité à « aider l’OMS dans sa recherche, car ne pas le trouver donnera du grain à moudre à l’hypothèse de la fuite accidentelle du virus ».

A lire aussi

Concernant la gestion de la crise sanitaire par l’exécutif, l’infectiologue identifie « un problème de leadership ». Il donne en exemple le retard dans les prises de décision, notamment dans la mise en place de quarantaine « un an après les Asiatiques qui l’ont instaurée en janvier / février 2020 ». Cette quarantaine a pourtant été prônée par le conseil scientifique « dès juillet, dans un avis publié un mois plus tard qui devait embarrasser le gouvernement ».

 

Vaccination : Eric Caumes questionne la stratégie vaccinale mise en place par le gouvernement

Alors que les inquiétudes grandissent à propos de la multiplication des variants partout dans le monde, Eric Caumes appelle au calme : « je pense qu’il ne faut pas exagérer l’importance des variants. Il y en a toujours eu et il y en aura d’autres. L’essentiel est qu’ils soient sensibles aux vaccins ». Le professeur de médecine donne également son avis sur le vaccin Pfizer et affirme que « les effets indésirables sont peut-être plus fréquents qu’avec d’autres vaccins mais ces effets ne sont pas graves », faisant le calcul coût/bénéfice de ce vaccin, il affirme donc « que le jeu en vaut largement la chandelle ». Interrogé par Guillaume Durand sur des possibles décès en Norvège suite aux injections, l’infectiologue estime que « le lien est ténu » et qu’à un âge avancé il est malheureusement « possible de mourir de beaucoup de causes, pas forcément des effets indésirables du vaccin ».

A lire aussi

 

Concernant la stratégie vaccinale, Eric Caumes estime qu’il était important de prioriser « les soignants, ce n’est pas ce qui est fait ». Le professeur de médecine estime que le gouvernement, en choisissant de vacciner d’abord les résidents d’EHPAD, « n’a pas choisi le chemin le plus facile ». Selon lui, « c’est par les personnes à risques dans la population active qu’on aurait dû commencer » et ajoute que « l’on paye cette erreur actuellement ». Venant s’ajouter aux cafouillages de la stratégie vaccinale, le problème d’approvisionnement est central selon Eric Caumes : « on a pas assez de vaccins, on ne peut pas aller assez vite ». L’infectiologue s’inquiète « d’un problème de logistique et de disponibilité des doses » et « d’une usine belge où est fabriqué le vaccin Pfizer ayant des soucis de fonctionnement ».

Rémi Monti

 

 

 

Retrouvez les interviews politiques