Couvre-feu à 18h : « ça ne marche pas, les gens s’agglutinent dans les transports à 17h » dénonce Eric Ciotti

Eric Ciotti était l’invité de la matinale de Guillaume Durand ce mardi 12 janvier. Le député Les Républicains des Alpes-Maritimes s’exprime contre l’entrée en vigueur du couvre-feu à 18h dans son département, dont les résultats ne sont « pas du tout probants » et estime nécessaire « des mesures d’isolement plus coercitives ».

Couvre-feu à 18h : « Les chiffres sont mauvais » selon Eric Ciotti

Eric Ciotti dresse le bilan de la mise en place du couvre-feu à 18h, qui « ne marche pas » à cause de « l’agglutination des gens dans les transports à 17h et l’accumulation des consommateurs qui ne peuvent pas faire leurs courses après 18h ». Interrogé à plusieurs reprises sur le reconfinement, le député des Alpes-Maritimes tient à préciser « qu’il n’est pas scientifique » mais appelle à des « mesures plus dures, des mesures d’isolement plus coercitives » et affirme « soutenir le gouvernement s’il les prenait ». Au sujet de la réouverture des écoles, le membre du parti Les Républicains se dit favorable à « l’anticipation des vacances de février et la fermeture des écoles dans certains lieux où il y a une flambée de l’épidémie » et rappelle que « l’Allemagne, la Grande-Bretagne et l’Autriche n’ont pas rouverts leurs écoles ».

A lire aussi

 

Le député regrette « un retard à l’allumage » de la vaccination contre le covid-19 et compare, à doses égales, le bilan français face aux 400 000 vaccinations allemandes et aux 700 000 italiennes. Eric Ciotti analyse cette situation par ce qu’il appelle « le en-même temps sanitaire » d’un gouvernement « qui a eu peur de mettre le paquet sur la vaccination ». Il se félicite d’avoir « avec quelques élus sonné l’alarme pendant les fêtes » et estime « que l’on serait toujours à quelques dizaines ou centaines de vaccins » sans cette prise de conscience. Alors qu’il aurait fallu selon lui « dire que le vaccin est la seule solution », l’exécutif a fait preuve d’hésitations qui ont « entretenues le scepticisme des Français ». Eric Ciotti prône donc « l’exemplarité » des politiques pour « redonner confiance dans le vaccin ».

 

Vaccination : « Le gouvernement n’est pas efficace face à la crise » d’après Eric Ciotti

Appelé par Guillaume Durand à faire des propositions concrètes, Eric Ciotti réclame une « communication forte » qui passerait par la vaccination « du chef de l’état et du ministre de la santé » et souhaite « changer la chaîne de logistique pour que les vaccins soient amenés plus rapidement ». Il met en perspective plusieurs choix du gouvernement, notamment le fait « d’avoir fait appel à des prestataires privés et à des cabinets américains pour plusieurs centaines de millions d’euros » en regrettant de « ne pas avoir fait appel à l’armée ».

 

A lire aussi

 

Eric Ciotti dénonce aussi le mauvais approvisionnement du vaccin : « il manque cruellement de doses ». Souhaitant une plus grande responsabilisation des collectivités locales, il estime nécessaire que les régions puissent passer commande de vaccins. « Pourquoi centralise-t-on ces commandes ? Tout ceux qui peuvent commander des doses devraient pouvoir le faire. Il n’y a aucune raison que l’état centralise ces commandes et bloque le processus » a conclu Eric Ciotti.

Rémi Monti

 

 

Retrouvez les interviews politiques