Coronavirus : Twitter propose « le télétravail à vie » pour ses salariés

Le confinement a bouleversé les méthodes de travail de nombreux salariés. Alors que Twitter invite certains de ses employés à télétravailler durablement, les politiques français réfléchissent à un changement de la durée légale du travail.

 

Philippe Martinez de la CGT veut passer aux 32 heures de travail hebdomadaires

Et on reparle des 35 heures. L’idée de les supprimer revient par la droite Républicaine en Une de Libération, tandis que l’idée de passer à 32 heures revient par la gauche via la Une de l’Humanité. Libé a ce titre : « Augmentation du temps de travail, les libéraux en roue libre ». Voilà qui suggère qu’il y a des débats interdits…

 

à lire aussi

 

« Les Républicains et Eric Woerth tentent de ranimer la question depuis lundi« , explique Libération. Mais pour les grandes centrales syndicales, l’heure serait plutôt à soulager ces travailleurs soumis à rude épreuve. Le n°1 de la CGT, Philippe Martinez a la réponse : il faut passer aux 32 heures. A cette idée d’un retour sur les 35 heures, la ministre du Travail oppose des solutions qui permettent déjà d’en dépasser les contraintes, comme les heures supplémentaires ou l’annualisation du temps de travail.

 

 

Selon l’Opinion, un courant de radicalité traverse La République en Marche et ses frondeurs

Bruno Le Maire n’y songe pas davantage et un conseiller ministériel à cette phrase dans Libération toujours : « Quand la droite verra le nombre de licenciements, de jours de congés reportés et l’augmentation des heures travaillées, elle comprendra que ses idées ne passent pas le mur du son ».

 

 

Des idées, tout le monde en cherche à la Une de vos journaux et magazines. « Twitter a décidé de proposer le télétravail à vie à ses salariés », explique ce matin Le Figaro. Challenges titre sur ce nouveau contrat social à inventer, né dans le confinement avec le télétravail, le chômage partiel et la sous-activité.

 

à lire aussi

 

L’Obs ressort le monde d’après, où l’on apprend également que le président échange beaucoup avec Jean-Pierre Chevènement, tandis que l’Opinion évoquent la nouvelle vogue de la radicalité qui touche une partie de La République en Marche et ses frondeurs. Bref, c’est un courant alternatif qui traverse la majorité…

 

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique