Coronavirus : Si on veut mieux se protéger et protéger les autres, il faut un masque chirurgical, affirme Benjamin Davido

Benjamin Davido, Infectiologue et directeur de la médecine de crise pour l’épidémie de covid-19 à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches était l’invité de Bernard Poirette ce mercredi 26 août. Il a détaillé les bonnes pratiques du port du masque, en affirmant que si on veut mieux se protéger et protéger les autres : il faut choisir le masque chirurgical.

Le masque chirurgical filtre mieux, surtout quand on tousse, explique Benjamin Davido

Le port du masque est imposé à Marseille à partir de ce soir, première grande ville à prendre cette mesure. « Tout ou rien, au moins c’est simple », salue Benjamin Davido, qui explique avoir plaidé pour que le masque soit « recommandé » dans les endroits où il y a une forte densité de population. L’infectiologue précise qu’il n’existe que deux études sur le port du masque : une qui date de 2003, et l’autre plus récente, mais qui n’a pas encore été validée scientifiquement. Elle établit que le port du masque est vingt fois plus efficace à l’intérieur qu’à l’extérieur. La matière du masque est-elle primordiale pour son efficacité ? Benjamin Davido est catégorique : « si on veut mieux se protéger et protéger les autres, il faut un masque chirurgical. Il filtre mieux, et présente moins de risque, notamment quand on tousse ».

 

A lire aussi

 

Les patients hospitalisés pour des formes sévères du coronavirus n’ont, a priori, pas de risques de se recontaminer

Benjamin Davido souligne toutefois que les masques artisanaux « font le job ». Ils sont moins efficaces sur l’aspect filtrant, mais sont lavables et réutilisables, or « on sait qu’au bout de 24h, il n’y a plus de virus sur le tissu, en particulier s’il s’agit de coton. Donc on peut même réutiliser le masque en tissu sans le laver, s’il n’est pas abîmé ou déchiré ». En tous cas « tout le monde doit porter le masque », a insisté l’infectiologue, appelé à réagir sur le cas d’un homme de 33 ans infecté en mars à Hong Kong, et à nouveau testé positif en août. « Il faut rassurer les auditeurs », a affirmé Benjamin Davido, « il s’agit d’un individu jeune qui a présenté peu de symptômes. On sait que chez les jeunes de moins de 45 ans, il n’y a pas anticorps, pas d’immunité au-delà de 3 mois », donc la recontamination est possible. « Moralité : il faut que tout le monde porte le masque », conclut Benjamin Davido, qui précise que « pour les patients qui ont été hospitalisés pour des formes sévères du coronavirus, a priori leur immunité est puissante, ils n’ont pas de risques de se recontaminer ».

Béatrice Mouedine

 

 

Retrouvez les interviews politiques