Coronavirus : jours de confinement – la Revue de Presse de David Abiker

« Confinement le 1er jour » c’est la une du Parisien-Aujourd’hui en France. « Bienvenue chez vous », c’est le titre de l’Editorial de Vincent Tremolet de Villers du Figaro. C’est « le grand vide » aussi pour Libération qui montre une place de la Concorde désertée.

 

Les Français ont du mal avec les consignes de sécurité

Depuis hier « la France est à l’arrêt » nous dit Ouest France. A l’arrêt certes, mais il y a quand même pas mal de monde sur la route et vos quotidiens ont logiquement mis pas mal de policiers et de gendarmes à la Une pour expliquer que la France reste sous contrôle. « La vie sous contrôle » c’est la une de l’Eclair des Pyrénées.

 

A lire aussi

 

C’est la Une de pas mal de vos quotidiens qui disent le rôle des forces de l’ordre dans le maintien d’une certaine discipline car les Français ont parfois du mal avec les consignes de sécurité. « Confinés sous contrôles » titrent les Dernières Nouvelles d’Alsace, « Déplacement sous contrôle » titre l’Est Eclair. Un confinement sous surveillance pour l’Indépendant Catalan et « Gare aux amendes » nous explique le Maine Libre et « N’oubliez pas votre permis de sortir » c’est la presse de la Manche.

 

 

Une amende de 135 à 375 euros pour ceux qui violent les mesures de précaution

Le permis de sortir, c’est la fameuse attestation qui permet de mettre le nez dehors pour faire ses courses, aller à la pharmacie, promener son chien ou tout simplement aller travailler. Et ne prenez pas ça à la légère : vient de paraître au journal officiel une nouvelle contravention : violation des mesures estimées à prévenir et les limiter les conséquences des menaces sanitaires graves sur la santé de la population. Tarif compris entre 135 et 375 euros…Et ce matin Le Parisien-Aujourd’hui en France et le Courrier Picard en publient le fac-similé car tout le monde n’a pas une imprimante.

 

 

Réécoutez l’intégralité de la Revue de presse de David Abiker

 

Donc si vous avez besoin de cette attestation, elle est dans le Parisien et dans le Courrier Picard. Dans le Monde, un document remis mardi à la Direction générale de la santé pour guider les médecins qui recevront les malades en grand nombre. Autrement dit, un document qui établit le score de fragilité de chaque patient, selon son état préalable de santé, par rapport à la maladie, et qui s’adapte aux spécificités du virus. Intitulé « priorisation de l’accès aux soins critiques dans un contexte de pandémie », ce n’est, ni plus ni moins, que de la médecine de guerre. Comment trier les patients quand les lits sont saturés et que leur espérance de vie est variable de l’un à l’autre… Une circulaire pour aider, qui soulève et résout en même temps des questions éthiques, et fait réagir Jean-Michel Constantin, médecin réanimateur à la Pitié-Salpêtrière, à lire dans le Parisien : « il est hors de question qu’en France on refuse de réanimer des patients qui en ont besoin. On trouvera des moyens, je ne sais pas comment » dit-il, « mais on trouvera ». Un papier édifiant à lire dans le Monde.

 

David Abiker