Hôpitaux de Marseille sous tension : Didier Raoult lance un appel aux médecins volontaires

Didier Raoult, infectiologue et Directeur général de la Fondation Méditerranée Infection était ce mercredi 9 septembre l’invité de la matinale de Guillaume Durand sur Radio Classique. Il lance un appel aux médecins et infirmiers volontaires pour aider les équipes médicales de Marseille, sous tension.

 

Didier Raoult se félicite que la période d’isolement soit passée à 7 jours

Devenu un personnage incontournable de cette crise du coronavirus, Didier Raoult s’est félicité d’être enfin entendu sur l’isolement. « Je disais depuis février que la quatorzaine est une invention récente, qui n’est basée sur aucun fait scientifique », a-t-il expliqué, ajoutant « je suis content qu’on arrive à 7 jours, qui correspond à la période d’incubation maximale connue pour cette maladie ». Le professeur Raoult salue également la mise en place de tests systématiques.

A lire aussi

 

A ce propos, « faut-il se faire tester, même lorsqu’on ne présente pas de symptômes ? » s’est interrogé Guillaume Durand. Même s’il reconnaît que c’est un débat « que personne ne peut résoudre », citant l’exemple américain, où les consignes ont fortement varié, Didier Raoult indique que « nous avons la possibilité de nous faire tester, et d’avoir des résultats rapides, au bout de 8h ». C’est pour cela qu’il préconise « dans ces conditions » de se faire tester, car malgré l’absence de symptômes, certains patients présentent des troubles de la coagulation, pour lesquels il existe des traitements « fonctionnels », notamment l’hydroxychloroquine, les anti-coagulants ou les corticoïdes à faible dose.

 

Hôpitaux de Marseille : « Nous ne sommes ni désespérés ni affolés » souligne Didier Raoult

Didier Raoult a ensuite lancé un appel aux infirmiers et médecins volontaires, pour venir en aide aux équipes médicales de Marseille, sous tension. « Nous ne sommes ni désespérés ni affolés », a-t-il tenu à souligner, tout en reconnaissant être au centre de deux problèmes : il y a plus de patients, ce qui demande une certaine réorganisation. « Il nous manque des infirmières et des médecins, d’ailleurs s’il y a des volontaires, on sera contents ». D’autant que le virus mute, explique Didier Raoult, qui assure que 7 « mutants » ont circulé, ce qui n’est d’ailleurs « pas forcément une mauvaise nouvelle », résumant la situation par ces mots : « ça va mal pour la bestiole ». Il dit s’interroger sur un possible lien entre la modification des génomes depuis juillet et la mortalité plus faible qu’en mars.

A lire aussi

 

Didier Raoult a enfin mis en garde contre les annonces d’un vaccin dans les prochains mois : « Pour pouvoir utiliser un vaccin, le bénéfice par rapport au risque dit être très important », affirme-t-il, or « pour les plus jeunes, le taux de mortalité est de 0 à 0.1%. Ce qui signifie qu’il va falloir tester des millions de personnes pour être sûr que le vaccin ne présente pas davantage de danger que cette maladie qui a un taux de mortalité aussi faible ».

Béatrice Mouedine

 

Retrouvez les interviews politiques