Plan de relance : « 100 milliards de bon argent pour soutenir notre économie », salue Agnès Pannier-Runacher

Agnès Pannier-Runacher, ministre de l’Industrie était l’invitée ce vendredi 4 septembre de Bernard Poirette. Elle a répondu à la polémique sur la réalité des 100 milliards d’euros du Plan de Relance en assurant qu’il s’agit de « bon argent qui va permettre de soutenir notre économie ».

 

500 millions d’euros ont été mobilisés pour l’Industrie

« Les entreprises, les salariés et tous les indépendants ne s’y trompent pas, c’est bien 100 milliards de bon argent qui va permettre de soutenir notre économie » : Agnès Pannier-Runacher a ainsi répondu aux critiques visant le réalité du montant du Plan de Relance. La ministre de l’Industrie a poursuivi : « Même si les mesures ont été annoncées ou votées cet été, l’important c’est de mobiliser l’argent ». Concernant son secteur en particulier, elle rappelle que 500 millions d’euros ont été mobilisés pour l’industrie, destinés à « remettre du carburant pour relancer la machine », car, souligne-t-elle, il ne s’agit pas d’une crise des fondamentaux économiques.

A lire aussi

 

Le fonds d’investissement pour les territoires sera accéléré, avec 150 millions d’euros d’ici fin 2020

Autre polémique liée au plan de Relance, celle initiée par les syndicats qui assurent qu’il n’y a pas de contrepartie aux aides de l’état. En réponse, la ministre a souligné que la contrepartie de maintenir des emplois en France existait déjà, puisque la baisse des impôts de productions ne concerne que les entreprises qui produisent en France. « Il n’y a pas d’impôts de production quand on délocalise », a-t-elle résumé. S’agissant des prêts garantis par l’Etat, notamment celui de 5 milliards accordé à Renault, Agnès Pannier-Runacher a martelé qu’il ne s’agissait pas d’un don, mais que cet argent serait remboursé. Idem pour Brittany Ferries, qui bénéficiera de 117 millions d’euros de prêts garantis par l’état et de l’effacement de 8 millions d’euros de cotisation sociale. La ministre a ensuite réagi au Fonds de soutien aux investissements industriels dans les territoires, confirmant qu’il serait « accéléré » avec 150 millions d’euros à la clé d’ici la fin de l’année, et qu’il atteindra 400 millions d’euros d’ici 2022. 200 projets soutenus par ce fonds pourraient ainsi voir le jour dans les prochaines semaines, pour « plus de production dans les territoires ».

Béatrice Mouedine

 

 

Retrouvez les interviews politiques