Convention citoyenne pour le climat : « ses membres ont travaillé sans l’interférence de personne » assure David Cormand

David Cormand était l’invité de Renaud Blanc vendredi 19 juin. Le député EELV a exhorté Emmanuel Macron à « rester à sa place » pour ce qui est de la suite à donner aux propositions de la Convention citoyenne pour le climat. Ses membres, qui « ont travaillé entre eux, sans l’interférence de personne », ont réalisé « une expérience démocratique formidable » à ses yeux. L’ancien secrétaire national d’EELV s’est dit favorable à la rénovation énergétique des bâtiments et à la semaine de 28 heures.

 

David Cormand demande à Emmanuel Macron « de respecter ce que vont proposer les citoyens »

« Je pense qu’Emmanuel Macron doit rester à sa place dans cette affaire ». La Convention citoyenne pour le climat, qui a dévoilé ses propositions hier, doit encore les voter avant de les soumettre au chef de l’Etat dimanche. Le président, qui voudrait s’accorder la liberté de choisir le mode d’application de certaines de ces mesures.

 

A lire aussi

 

« Ce n’est pas à lui de décider, a cinglé David Cormand, virulent à l’égard d’Emmanuel Macron. Il a mandaté 150 citoyens et citoyennes, c’est lui qui l’a décidé. La feuille de route de ces citoyens, c’était faire des propositions et de dire comment ils veulent qu’elles soient mises en place. Je demande au président de la République d’aller au bout de sa démarche et de respecter ce que vont proposer les citoyens. S’ils disent, pas de temps à perdre, il faut le mettre en oeuvre maintenant, il faut le faire ».

 

 

Le député écologiste, qui a vu la Convention citoyenne comme « une expérience démocratique formidable », ne veut pas se soustraire aux instances de la démocratie représentative, comme le Parlement. Même la proposition du député Pascal Cafin, proche de Nicolas Hulot et qui élabore l’idée d’un référendum à cinq questions, n’a pas obtenue le soutien du l’ancien secrétaire national d’EELV. Pascal Canfin « doit s’occuper de ce qui le regarde. Moi, je ne veux plus qu’on perde de temps. La démocratie participative, ce n’est pas quand cela arrange », s’est-il emporté.

 

Les 150 membres de la Convention citoyenne « sont à l’image des Français », selon David Cormand

Aux yeux du député européen, la convention citoyenne et ses 150 membres tirés au sort « ne sont pas colorés politiquement » et « sont à l’image des Français et des Françaises ». Elle constituerait un échantillon représentatif suffisant pour passer outre les élus du pays. Pour rappel, les tirages au sort se sont effectués par téléphone et ne reposaient pas sur le hasard, mais sur des critères précis (sexe, âge, lieu d’habitation…) pour correspondre au mieux à la diversité de la France.

 

A lire aussi

 

Mais la participation s’est faite sur la base du volontariat. Une proportion non négligeable de personnes contactées a ainsi refusé, invoquant le manque de temps ; la convention a en effet dû travailler neuf mois durant. Un écosystème, fait d’experts et de juristes spécialistes du droit de l’environnement notamment, a aussi entouré les 150 citoyens, qui ont donc été nourris de certains points de vue. David Cormand a assuré, lui, que ses membres « ont travaillé entre eux, sans l’interférence de personne ».

 

A lire aussi

 

David Cormand, qui veut aller vite, reste hanté par l’issue du Grenelle de l’environnement lancé sous la mandature de Nicolas Sarkozy, qui avait assuré que « tout ce que vous donnerez comme conclusions, je l’appliquerai ». « Résultat, c’est passé par l’Assemblée nationale et trois quarts des propositions ont été rayées de la carte », a déploré, amer, le député européen, qui soutient autant les propositions consensuelles de la convention, telle la rénovation énergétique des bâtiments, que celles « qui posent plus débat ».

 

Emmanuel Macron « tourne le dos à sa promesse initiale en 2017, d’aller au-delà de la gauche et de la droite »

Il s’est dit favorable à la création d’une nouvelle loi Evin, pas seulement destinée cette fois à réguler la publicité sur l’alcool, mais sur l’ensemble des produits polluants. La convention citoyenne a aussi accouché de mesures plus sociales, dont la semaine de 28 heures. David Cormand s’est engouffré dans la brèche et soutient l’idée : « Nous les Verts, on dit que si on veut s’en sortir économiquement, il faut réfléchir à la réduction du temps de travail ».

 

A lire aussi

 

David Cormand regrette que « depuis trois semaines », l’écologie ait disparu du débat politique, malgré les promesses de réinvention d’Emmanuel Macron. Le président « tourne le dos à sa promesse initiale en 2017, d’aller au-delà de la gauche et de la droite, avec une offre politique assez girondine, a jugé David Cormand. Depuis, il a fait tout le contraire, on l’a vu avec les alliances avec la droite aux municipales« , a-t-il conclu.

 

 

Nicolas Gomont

 

Retrouvez les interviews politiques