Le clarinettiste Florent Héau et ses amis interprètent Brahms

En 1890, Johannes Brahms décide de mettre un terme à sa carrière de compositeur. Il annonce à son éditeur Simrockn que son Quintette à cordes opus 111 sera sa dernière œuvre. C’était compter sans la rencontre avec le clarinettiste Richard Mühlfeld au cours d’un séjour à Meiningen, en mars 1891.

 

Le Trio et le Quintette avec clarinette de Brahms, deux joyaux absolus de sa musique de chambre

« La clarinette a été la source d’inspiration de ces dernières œuvres de Brahms. Un siècle plus tôt, l’amitié entre le clarinettiste Stadler et Mozart culminait avec le sublime Concerto en la majeur, comme un adieu lumineux. Ici, les adieux sont en clair-obscur. Souvent, la clarinette semble agir comme la madeleine de Proust. Sa douceur nostalgique convoque les souvenirs, et conduit à l’introspection. Puccini dans Tosca, choisit la clarinette pour introduire le magnifique air « E lucevan le stelle ». Mario, aux portes de la mort, regarde les étoiles et se souvient des jours heureux. Et la clarinette chante. Alors que l’inspiration s’était tarie, Brahms est tombé sous le charme de la clarinette de Richard Mühlfeld (1806-1907) », nous dit Florent Héau qui a su capter la teinte automnale caractéristique des ultimes œuvres de Brahms.

 

à lire aussi

 

Son magnifique instrument est un ravissement permanent, lové dans un Quatuor Voce tendre et mousseux (Quintette op. 115).
Pour le Trio op. 114, ses partenaires Jérôme Pernoo au violoncelle et Jérôme Ducros au piano s’accordent parfaitement en un subtil équilibre. Avec ce disque, Florent Héau clôture en beauté son intégrale de la musique de chambre avec clarinette de Brahms, commencée en 2003 chez le label Zig-Zag avec les deux Sonates op. 120.

Johannes Brahms : Quintette avec clarinette op. 115. Trio avec clarinette op. 114. Florent Héau (clarinette), Jérôme Pernoo (violoncelle), Jérôme Ducros (piano), Quatuor Voce (1 CD Klarthe)

 

 

Retrouvez l’actualité du Classique