Believe entre à la Bourse de Paris : Qui est cette maison de disque 2.0 ?

istock

Believe est un acteur du monde musical, une maison de disque 2.0 qui a pour particularité de ne pratiquement pas vendre de CD. Ils représentent la nouvelle génération de la musique, celle qui est consommée sur YouTube ou via les services de streaming comme Deezer ou Spotify.

Believe a une commission limitée sur une plus large base que les maisons de disques traditionnelles

Cette entreprise a 15 ans et fait presque 500 millions d’euros de chiffre d’affaires. Et c’est une entreprise créée par des Français, dont la direction est à Paris mais qui accompagne avec succès des milliers d’artistes dans le monde entier. Les majors traditionnelles ont tendance à accompagner peu d’artistes, quelques centaines au plus, et elles misent beaucoup sur les ventes de CD et sur les tubes qui passent à la radio.

 

A lire aussi

 

Believe est une start-up technologique qui mise sur l’automatisation et l’algorithme. Son  « plus » c’est de savoir maximiser la valeur dans un univers digital, et elle a moins de coûts de structure qu’une grande maison de disque traditionnelle, ce qui lui permet de redistribuer plus d’argent en pourcentage aux artistes qui cartonnent sur Deezer ou Spotify. Elle prend une commission plus limitée sur une base plus large.

 

Believe sera valorisée autour de 2 milliards d’euros

Sa grande force est d’être sur le segment le plus porteur de la musique, avec des stars comme Jul et des milliers d’artistes de niche. Son introduction en bourse est un évènement : c’est la première des start-up françaises prometteuses comme OVH, Doctolib ou BlablaCar à s’introduire en Bourse. Ensuite, elle le fait à Paris, ce qui est un vote en faveur de notre place. Enfin, Believe va quand même être valorisée autour de 2 milliards d’euros, c’est plus que TF1 ! C’est donc un petit événement, positif et dynamique. Cela montre que notre capitalisme peut se réinventer et prouve que tous les groupes digitaux ne seront pas forcément américains ou chinois.

David Barroux

 

Retrouvez le Décryptage Economique