Art lyrique : Roselyne Bachelot fixe 5 chantiers prioritaires

Il y a un an, Roselyne Bachelot, confiait à Caroline Sonrier une mission de réflexion sur la politique de l’art lyrique en France. Remises le 5 octobre à la ministre de la Culture, les conclusions de ce rapport présentent un état des lieux précis, sans concession et préconisent l’ouverture de chantiers prioritaires pour mettre en place un cadre durable de l’Opéra au XXIème siècle.

Une secteur attractif mais que certains voient toujours comme une « tour d’ivoire »

« Dresser un état des lieux de la production lyrique en France et de proposer un cadre de référence pour la pratique lyrique en France au XXIe siècle »», tel était l’objectif de la mission confiée par Roselyne Bachelot en octobre 2020 à Caroline Sonrier. Pour ce faire, la directrice de l’Opéra de Lille, secondée par Emmanuel Quinchez, a consulté et auditionné plus de 200 personnes (professionnels du secteur et  collectivités territoriales).

A lire aussi

Malgré le manque de données chiffrées complètes sur la gestion des maisons d’opéra, le rapport dresse un état des lieux inédit du secteur. Même si la vitalité et l’attractivité de l’opéra en France y sont soulignées, la mission relève la complexité des statuts juridiques, le manque de lisibilité des soutiens publics, la défiance suscitée par les institutions lyriques (certains y voient des « tours d’ivoire »), les attentes de l’ancrage territorial, les difficultés de renouvellement du public, l’absence de création et les freins liés à la sauvegarde de l’emploi et à la diversité pas encore assez prise en compte dans le secteur de l’opéra.

Le rapport préconise un Grenelle de l’Art Lyrique

Suite à cette présentation, Roselyne Bachelot a proposé de mener une réflexion sur cinq axes de travail prioritaires : 1) La mise en place d’un dispositif d’observation permanente du monde lyrique, 2) l’accompagnement de la carrière des artistes et des professionnels du secteur par une appréhension des parcours dans leur ensemble, 3) l’ouverture et l’accessibilité de l’art lyrique au plus grand nombre, tant en ce qui concerne la question des publics que celle des liens entre les maisons d’opéra et leur territoire, 4) le développement du soutien à la création notamment par le renforcement des résidences, 5) la mise en œuvre d’objectifs partagés avec l’ensemble des acteurs du monde de la culture en faveur de la diversité, de l’égalité de traitement entre les femmes et les hommes et de la lutte contre toutes les discriminations.

A lire aussi

 

Le ministère de la Culture souhaite également mettre à l’étude une simplification du système de labellisation des maisons d’opéra dans l’objectif de rendre plus lisible et plus cohérente la politique lyrique de l’État. D’autres propositions suggérées par le rapport, comme la mise en place d’un Grenelle de l’art lyrique, la définition du cadre de la télévision publique et numérique pour une transmission plus large de l’opéra et de la danse ou l’amélioration des échanges entre l’Opéra national de Paris et les maisons d’opéra en région, seront étudiées mais sans être considérées comme prioritaires.

Philippe Gault

Retrouvez l’actualité du Classique