2020 : une année record pour la transition écologique ?

En 2020, il n’y a pas eu que des mauvaises nouvelles. Pour la première fois, l’an dernier, plus de 500 milliards de dollars ont été investis dans la transition énergétique au sens large.

Transition écologique : deux fois plus d’investissements qu’en 2013

Selon les chiffres de l’agence Bloomberg, 300 milliards ont été injectés dans les énergies renouvelables, mais aussi 200 milliards dans des formes de transports moins polluants, dans du stockage d’énergie ou dans l’hydrogène. Au total, c’est 10% de plus qu’en 2019 et deux fois plus qu’en 2013. Le phénomène est encore plus accentué si l’on prend en considération le faibles investissements dans le pétrole, le plus mauvais résultat depuis dix ans.

A lire aussi

Comment s’explique cette accélération ? C’est une combinaison de facteurs. Sur le front de la demande d’abord les attentes du consommateurs citoyens ont évolué. La pression politique et réglementaire sont également de plus en plus fortes. Les technologies arrivent à une forme de maturité : le solaire et les éoliennes ont progressé. On peut financer de plus grands projets potentiellement plus rentables, ce qui attire les investisseurs. Nous sommes dont entrés dans un cercle vertueux.

 

Transition écologique : Le plus dur est-il fait ?

Cependant, on ne peut pas encore crier victoire car nous parlons d’investissement dans des extensions de capacité. En vérité, nous continuons à produire et consommer de plus en plus d’énergie, dont de nouvelles formes sont moins polluantes mais ne règlent pas tout. Le flux s’améliore mais il y a encore un stock considérable d’énergies et de consommation qui contribuent massivement au réchauffement climatique.

A lire aussi

 

L’année 2020 est une bonne nouvelle pour la transition écologique mais il faut poursuivre l’effort et aussi sans aucun doute faire preuve d’une forme de pragmatisme et être moins idéologique. Il faut par exemple favoriser les travaux de rénovation thermique et ne pas rejeter trop rapidement le nucléaire. Il faut également être sûr que les voitures électriques se rechargent bien avec une électricité propre et non à base de charbon comme en Chine. Il faut donc se féliciter des bonnes nouvelles sans être trop naïf.

David Barroux