Eurostar, déjà à la dérive avant la crise du Covid 19, pourrait faire faillite en 2021

Eurostar, ce train à grande vitesse qui relie Londres à Paris, Bruxelles ou Amsterdam est dans une situation totalement catastrophique. On peut la comparer à celle des compagnies aériennes qui perdent des millions tous les jours. Avant même l’arrivée du variant britannique du coronavirus et du Brexit qui isolent encore plus l’Angleterre, Eurostar était une compagnie totalement à la dérive.

Eurostar ne propose plus qu’un aller-retour par jour entre Paris et Londres

En 2020, le chiffre d’affaires d’Eurostar s’est effondré de plus de 80% et c’est normal, puisque les trains n’ont transporté que 5% du nombre de voyageurs habituels. Alors le groupe peut-il faire faillite ? Oui bien sûr. L’entreprise a déjà été recapitalisée l’an dernier et a reçu des aides mais si la situation ne s’améliore pas dans les mois qui viennent, Eurostar fera faillite avant la fin de l’année si on ne fait rien.

 

A lire aussi

 

Il faut se rendre compte qu’on est passé de pratiquement un train toutes les heures ou même plus en heure de pointe à un seul aller-retour par jour entre Paris et Londres. Le problème c’est que Eurostar c’est une entreprise dont le siège est en Angleterre, dont les Anglais ne sont plus actionnaires depuis qu’ils ont vendu leurs parts en 2015 et dont le premier actionnaire est la SNCF. Du coup les Anglais disent, « ce n’est pas notre problème » et les Français disent « on ne veut pas être les seuls à payer ». Du coup on est un peu coincé.

 

Eurostar est une filiale de la SNCF qui est bien gérée en temps normal

Les vrais libéraux vous diraient “laissez Eurostar faire faillite, quelqu’un prendra la suite et repartira à l’assaut du marché quand la demande sera de retour. Ne remettez pas d’argent public dans ce groupe privé”. C’est vrai que quand on pourra à nouveau voyager, on aura tous envie de retourner à Londres et d’y aller en train, donc un nouvel acteur pourrait très vite occuper le terrain. Mais ça serait un peu injuste. Déjà parce qu’on a mis des milliards d’argent public pour sauver des tas de compagnies aériennes.

 

A lire aussi

 

Ensuite parce qu’Eurostar c’est une filiale de la SNCF qui est bien gérée et quand il n’y a pas de pandémie de Covid, c’est même l’un des rares centres de profit du groupe. Si la SNCF, qui n’a pas l’argent pour sauver cette activité, abandonne cet actif, il laissera à d’autres le soin d’occuper un terrain potentiellement rentable. Et on ne veut pas d’une SNCF qui ne gère que des activités déficitaires.

David Barroux