Eileen Gu : Le piano, l’arme secrète de la championne de ski acrobatique

Crédits: Instagram & YouTube Eileen Gu

Eileen Gu a été l’une des grandes vedettes des Jeux Olympiques de Pékin et a été en 2022 l’une des sportives les mieux payées au monde selon Forbes. Elle attribue la maîtrise de sa discipline à la pratique du piano, instrument dont elle joue depuis 9 ans.

Eileen Gu : « Je considère toutes mes figures comme un rythme et une musique »

Lorsqu’Eileen Gu a remporté sa troisième médaille olympique, l’or dans l’épreuve de hala-pipe (après l’or en big air, devant la Française Tess Ledeux, et l’argent en slopestyle), le réseau social Weibo, équivalent chinois de Twitter, débordé, est tombé en panne tant la performance de la skieuse acrobatique chinoise a enthousiasmé ses fans. Une domination qu’elle doit, évidemment, à son talent et à ses prises de risque mais également grâce à sa concentration et sa décontraction.

A lire aussi

 

Dans les interviews qu’elle a accordées, Eileen Gu a révélé qu’elle doit cette maîtrise de soi et de ses émotions en grande partie au piano qu’elle pratique assidument depuis 9 ans, chez elle mais également, comme on a pu le voir sur sa chaîne YouTube, lors de récitals et même dans un aéroport. « Je suis d’un naturel introverti, je fais beaucoup d’autoréflexion. Je joue beaucoup du piano. J’ai même emporté un clavier ici à Pékin » a déclaré la jeune fille qui compose aussi et adore Ludwig van Beethoven. Selon Eileen Gu, outre la concentration et la capacité à maîtriser ses émotions, la pratique du piano lui permet de mieux appréhender le rythme qu’exige sa discipline. « Je considère toutes mes figures comme un rythme et une musique. En compétition, je visualise mieux les changements de rythme ».

 

En 2021, Eileen Gu a gagné plus de 30 millions de dollars

Née à San Francisco, d’un père américain et d’une mère chinoise qui l’a élevée seule en Californie, Eileen Gu ne fait pas parler d’elle que grâce à ses performances de skieuse acrobatique. Elle est aussi modèle pour des photos de mode et représente de nombreuses marques comme Tiffany, LVMH, Estée Lauder, Victoria’s Secret ou Oakley. Selon les médias chinois, ses gains auraient dépassé les 30 millions de dollars en 2021. La binationalité sino-américaine a également fait parler d’Eileen Gu (Gu Ailing en Chine), surtout lorsqu’en 2019 elle a annoncé qu’elle participerait aux JO de Pékin en 2022 avec l’équipe chinoise alors qu’elle aurait pu concourir pour les Etats-Unis. Un dilemme qu’elle a tranché avouant néanmoins, pour ne froisser personne : “Je suis Américaine quand je suis aux États-Unis. Mais je me sens Chinoise lorsque je suis en Chine”.

Philippe Gault

 

 

Retrouvez l’actualité du Classique