Île-de-France : Face à Omicron, les hôpitaux déprogramment les interventions non urgentes

istock

La vague Delta est responsable aujourd’hui, des hospitalisations en réanimation. 3560 personnes sont actuellement en soins critiques en France. Parallèlement, en ville, Omicron flambe et représente plus de 60% des cas.

Le recours au télétravail permettrait de baisser de 20% les interactions sociales

Cette vague Omicron est trop contagieuse pour être stoppée, selon le ministre de la Santé Olivier Véran. Alors à quoi faut-il s’attendre dans les prochains jours et les prochaines semaines ? Dans les hôpitaux parisiens, la moitié des lits de réanimations sont occupés par des patients Covid. La quasi-totalité ont été infectés par le variant Delta, et le pic de cette vague a été atteint selon le professeur Bruno Megarbane de l’hôpital Lariboisière à Paris. Mais dans les prochains jours, c’est Omicron qui fera son apparition dans les services de soins intensifs : « il y a quelques cas qui commencent à être admis dans les services de médecine conventionnelle. Il semble que les cas sont moins graves et nécessitent moins d’oxygène. Il faut rester prudent car il y a malgré tout des chaînes de contaminations vers des personnes plus fragiles. Les hôpitaux de la région Ile-de-France ont décidé de déprogrammer les interventions non urgentes ».

A lire aussi

 

Mi-janvier, les admissions à l’hôpital pourraient être très élevées, de l’ordre de 1 500 à 5 000 cas par jour selon les modélisations. Un défi logistique auquel se prépare le professeur Stéphane Gaudry, chef de la réanimation en Seine-Saint-Denis : « la vague Omicron a la particularité d’être presque inarrêtable. La décision de faire venir travailler les soignants contaminés et asymptomatiques permet de s’occuper des patients Covid ». Le recours au télétravail permettrait de baisser de 20% les interactions sociales, de quoi permettre d’étaler dans le temps les admissions à l’hôpital. Mais les médecins le répètent, la dose de rappel reste très efficace contre Omicron : de l’ordre de 80% contre les formes graves. 

Rémi Pfister 

Ecoutez le reportage de Rémi Pfister : 

 

Retrouvez les Infos du jour